Ecoutez Radio Sputnik
    Mistral

    La Russie va construire son propre Mistral hybride

    © Sputnik . Grigoriy Sisoev
    Défense
    URL courte
    181164

    Sur fond de rumeurs circulant autour de la construction d’un porte-hélicoptères Made in Russia, le chef des chantiers navals russes a levé le voile sur un nouveau projet de navire censé remplir les fonctions de porte-hélicoptères, mais pas que...

    Les chantiers navals russes construiront pour la Marine nationale un navire expéditionnaire hybride combinant les fonctions de bateau de débarquement avec celles de porte-hélicoptères, a annoncé à Sputnik Alexeï Rakhmanov, patron de la Compagnie navale unifiée, s'exprimant au Forum militaire Armée 2018.

    Le projet sera lancé dans le cadre du programme d'armement en cours. Selon M. Rakhmanov, le navire sera également muni d'hôpital mobile.

    Citant le ministre russe de l'Industrie et du Commerce Denis Mantourov, certains médias russes avaient affirmé à la fin de la semaine dernière que la Russie avait abandonné son projet de construction locale de porte-hélicoptères.

    Or, selon une source haut placée au sein des chantiers navals russes interrogée par Sputnik, le ministère de la Défense n'avait en fait pas pris de décision finale en la matière, le «sujet n'étant pas clos».

    Selon le ministre adjoint de la Défense, Iouri Borissov, la construction de porte-hélicoptères, équivalents aux bâtiments amphibies d'assaut de classe Mistral, est prévue par le nouveau programme d'armement d'État russe pour la période 2018-2025. Le premier navire devrait être prêt en 2022, affirmait-t-il en mai 2017.

    Lire aussi:

    La Russie pourrait envisager l’exportation de ses Mistral hybrides
    L’équivalent russe du porte-hélicoptère Mistral sera construit d’ici 2022
    Premier bilan du programme d'armement russe d'ici 2020
    Tags:
    Consortium russe de constructions navales (OSK), navire de débarquement, porte-hélicoptères, navires, Mistral, Alexeï Rakhmanov, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik