Défense
URL courte
4522
S'abonner

Le supposé désir des États-Unis de fabriquer sur le sol américain les mitrailleuses Kalachnikov nous a poussés à interroger le fabricant d’armes russe, qui a commenté les informations du National Interest quant à d’éventuels plans de l’armée américaine de débuter une production locale de ces armes.

Le désir des États-Unis de fabriquer mitrailleuses Kalachnikov démontre la fiabilité de cette arme russe, a indiqué à Sputnik le service de presse du fabricant d'armes, qui ne dispose cependant pas d'informations concernant les plans des États-Unis en la matière.

The National Interest avait pourtant précédemment annoncé que le Commandement des forces spéciales américaines (SOCOM) avait proposé à des sociétés américaines d'examiner la possibilité de procéder à une ingénierie inverse de la mitrailleuse Kalachnikov modernisée (PKM) et de la mitrailleuse lourde NSV Utyos et de produire leurs copies aux États-Unis.

«Nous ne savons rien de ces plans. Mais nous ne sommes pas étonnés, cela souligne une fois de plus la fiabilité et la qualité de notre arme», a indiqué l'entreprise Kalachnikov.

En 2014, le ministère américain des Finances avait imposé des sanctions contre le groupe Kalachnikov et d'autres fabricants d'armes russes suite au conflit en Ukraine, et en mars dernier les autorités américaines ont lancé une enquête à l'encontre d'une usine en Floride produisant des AK-47.

Pour rappel, le fusil d'assaut modernisé de calibre 7,62 mm a été mis au point par l'ingénieur Mikhaïl Kalachnikov et est utilisé depuis la fin des années 1960.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Tags:
défense, armements, Kalachnikov (fusil d'assaut), Kalachnikov, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook