Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    La Russie aurait entamé les tests d’une arme «du jugement dernier»

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Défense
    URL courte
    291689

    Les tests sous-marins du drone Poséidon, appareil que le Président Poutine a évoqué dans son message à l’Assemblée fédérale le 1er mars dernier, seraient en cours, à en croire la presse.

    Des essais sous-marins du drone stratégique Poséidon, capable de porter des ogives nucléaires, ont commencé en Russie, font savoir des médias locaux se référant à une source au sein de l’industrie de la Défense.

    Selon leurs informations, les tests sont menés dans des eaux protégées des moyens de renseignement d’un éventuel ennemi. On précise que les essais en question sont effectués dans le cadre de travaux de développement prévus par le programme étatique d’armement à l’horizon 2027. 

    Le 1er mars dernier, dans son message annuel à l’Assemblée fédérale, Vladimir Poutine avait présenté des images d'essais du système hypersonique Kinjal ainsi que d'autres armes sophistiquées, dont le drone sous-marin Poséidon. Pourtant, les premières informations sur ce dernier remontent à novembre 2015, époque où l’engin était connu comme Status-6. 

    Pour le moment, les caractéristiques techniques de cet appareil n’ont pas été révélées, mais on sait qu'il s'agit d'un engin invulnérable parce qu'il a une grande profondeur de plongée et qu'il se déplace rapidement. Il n’a pas d’analogues ni aux États-Unis, ni dans les pays de l’Otan. Le Pentagone a inclus cet engin dans la triade nucléaire de Russie, est-il précisé.  

    Lire aussi:

    Un joueur de rugby demande la nationalité française à Macron, voici la réponse du Président (vidéo)
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    Tags:
    drones sous-marins, tests, défense, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik