Ecoutez Radio Sputnik
    A M109 A6 Paladin obusier automoteur

    Les milliards perdus de cinq projets militaires technologiques américains ratés

    CC0 / SENIOR AIRMAN STEVE CZYZ / A M109 A6 Paladin Self-propelled howitzer
    Défense
    URL courte
    16483

    Chars, obusier automoteur, hélicoptère et munitions anti-char autoguidées... Malgré de bonnes caractéristiques techniques et des milliards de dollars dépensés, certaines armes n'ont jamais équipé l'armée américaine. The National Interest a dressé la liste des technologies militaires américaines dont la mise au point s'est soldée par un échec total.

    La revue américaine The National Interest a rédigé une liste de cinq armes hautement technologiques qui n'ont jamais équipé l'armée américaine. Pourtant, pour leur mise au point, les États-Unis ont dépensé près de 30 milliards de dollars (26,6 milliards d'euros). Les projets sont présentés dans un ordre chronologique.

    Munition anti-char Brilliant Anti-Tank Munition

    Selon la revue américaine, le premier projet raté, n'est autre que la munition anti-char autoguidée Brilliant Anti-Tank Munition qui était mise au point pendant la guerre froide. Les concepteurs voulaient créer un missile à sous-munitions dont l'ogive pouvait contenir plusieurs éléments identiques et devait être capable de détruire une trentaine de chars. Toutefois, la guerre froide terminée, le projet a été reporté pour être finalement annulé en 2003. Il a coûté aux contribuables américains une bagatelle de 2,2 milliards de dollars (1,95 milliard d'euros).

    Hélicoptère RAH Comanche

    La deuxième place revient, selon The National Interest, à l'hélicoptère RAH Comanche. Son projet a été présenté en 1991 et l'appareil a pour la première fois volé en 1996. Toutefois, malgré de bonnes caractéristiques techniques et une furtivité assez prononcée de l'hélicoptère, le projet a été reconnu comme trop onéreux, le budget de la Défense ayant perdu 7,9 milliards de dollars (7 milliards d'euros).

    Obusier automoteur Crusader

    La troisième place revient à l'obusier automoteur Crusader de 155 millimètres, appelé à remplacer le système d'artillerie M109. Cet obusier était capable de tirer jusqu'à dix obus par minute à une distance de plus de 40 kilomètres. Toutefois, son défaut principal consistait en son énorme poids de 43 tonnes sans compter le nécessaire transport séparé de 36 tonnes de munitions. À l'époque de la création de l'obusier, l'armée américaine avait besoin d'armes plus légères pour ses opérations dans le monde entier. Résultat: le projet a été annulé en 2002, après avoir coûté au budget 2,2 milliards de dollars (1,95 milliard d'euros).

    Plate-forme à chenilles Future Combat Systems (FCS)

    La quatrième place, selon The National Interest, revient au programme des Systèmes de combat du futur (Future Combat Systems (FCS) qui a accéléré la fin du projet de l'obusier Crusader. Ce programme visait à mettre au point une plate-forme à chenilles destinée à équiper tant les chars de combat que les canons automoteurs. Ce programme est ponctionné le budget américain à hauteur de 18,1 milliards de dollars (16,04 milliards d'euros) avant que les militaires ne comprennent qu'il valait mieux moderniser des armes existantes qu'en créer de nouvelles.

    Véhicules de combat terrestres Ground Combat Vehicles

    La cinquième place, toujours selon la revue américaine, est attribuée au programme GCV (Ground Combat Vehicles) qui devait conduire à la création d'un nouveau char de combat. Mais son résultat a été reconnu comme nul par les militaires, le char pesant 60 tonnes. Le programme a été annulé en 2014, le budget ayant perdu plus d'un milliard de dollars (890 millions d'euros).

    Lire aussi:

    L’Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l’attaque des deux pétroliers en mer d’Oman?
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman
    Tags:
    armements, Forces armées des Etats-Unis, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik