Défense
URL courte
4300
S'abonner

Malgré les sanctions anti-russes, le groupe Kalachnikov a réussi à réaliser en 2018, un bénéfice net se chiffrant à plusieurs dizaines de millions d'euros, selon un haut responsable russe.

Malgré les sanctions anti-russes, le groupe Kalachnikov a réussi à multiplier par 6,5 fois ses revenus, a déclaré à Sputnik le PDG de la société Rostec Sergueï Tchemezov lors du Salon international d'armements IDEX 2019 qui se déroule à Abou Dhabi.

Drone et oiseau
© Sputnik . Alexandre Kryazhev

«Avant l'adoption des sanctions, le portfolio du groupe Kalachnikov se chiffrait à 46 millions de dollars (40,6 millions d'euros) et en 2016, il s'élevait à 300 millions de dollars (256 millions d'euros), augmentant ainsi 6,5 fois. Actuellement, les bénéfices annuels du groupe sont de plus de 600 millions de dollars (530 millions d'euros), alors que le bénéfice net pour l'année 2018 se situe autour de 45 millions de dollars (39,7 millions d'euros)», a indiqué le responsable.

Selon lui, les régions dans lesquelles la production du groupe Kalachnikov est la plus demandée sont l'Afrique du Nord et le Proche-Orient.

«Pour le groupe Kalachnikov, le Proche-Orient et l'Afrique du Nord sont les régions clés de sa présence, 80% du volume global des exportations étant réalisées dans cette zone», a souligné le PDG.

Le groupe Kalachnikov s'est lancé depuis longtemps dans une phase de diversification tous azimuts. Du légendaire fusil d'assaut AK-47 aux véhicules électriques, en passant par les drones et les yachts, le fabricant d'armes russe Kalachnikov connaît une transformation sans précédent.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
sanctions antirusses, IDEX 2019, Kalachnikov, Sergueï Tchemezov, Abou Dhabi
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook