Ecoutez Radio Sputnik
    Ministère russe de la Défense

    Pourquoi des militaires russes vont-ils inspecter une base militaire en France?

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Défense
    URL courte
    91268

    Des représentants de la Russie se rendront en France pour passer en revue l’un des sites militaires du pays dans le cadre du Document de Vienne de 2011 sur les mesures de confiance et de sécurité.

    Des inspecteurs russes contrôleront mardi un site militaire français, a fait savoir Sergueï Ryjkov, chef du Centre national pour la réduction de la menace nucléaire, lequel fait partie du ministère de la Défense.

    La mission de ce groupe d'inspecteurs durera un jour, selon lui. Cette visite sera effectuée dans le cadre du Document de Vienne de 2011 portant sur les mesures de confiance et de sécurité.

    Les spécialistes russes se rendront sur le site en question, à son point de localisation traditionnel en temps de paix. Le commandement français leur fera part sur place des informations concernant les effectifs et les principaux systèmes d'armement.

    De telles visites sont organisées afin de vérifier les informations «sur des forces militaires et des plans de déploiement de systèmes d'armes de base et de matériel miliaire».

    Le Document de Vienne de l'OSCE signé en 2011 prévoit un vaste échange d'informations sur les forces armées, les projets de défense ou encore les budgets militaires. Les pays de l'OSCE partagent les données concernant certains types d'activités militaires, invitent des observateurs et organisent des inspections mutuelles.

    Lire aussi:

    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    Le Panama condamne «les activités illégales» du pétrolier arraisonné par l'Iran et lui retire son pavillon
    L’Algérie livre les détails de la rétention de son pétrolier par l’Iran
    Tags:
    Document de Vienne sur les mesures de confiance et de sécurité en Europe (1990 révisé en 2011), inspections, défense, OSCE, Sergueï Ryjkov, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik