Ecoutez Radio Sputnik
    Le Penntagone

    L’étendue de l’arsenal nucléaire américain révélée

    CC BY-SA 2.0 / Arlington County / Arlington County, as seen from the air
    Défense
    URL courte
    8343
    S'abonner

    Des scientifiques ont analysé l’importance de l’arsenal nucléaire américain, qui est resté à peu près inchangé au cours de l’année passée. Selon leur étude, il est composé de 3.800 ogives nucléaires, dont une partie importante est gardée en réserve.

    Les États-Unis disposent d'environ 3.800 ogives nucléaires dont 1.750 sont déployées et installées sur des missiles balistiques et des bombardiers stratégiques; tandis que les 2.050 autres ogives sont gardées en réserve, lit-on dans une étude publiée dans The Bulletin of the Atomic Scientists.

    Sur les quelque 1.750 têtes nucléaires déployées, environ 1.300 sont placées sur des missiles balistiques, 300 sur des bases de bombardiers stratégiques aux États-Unis et 150 autres bombes tactiques déployées sur des bases européennes, selon la source. En outre, plus de 2.400 ogives désuètes attendent d'être démantelées d'ici à 2030.

    L'arsenal est donc resté à peu près inchangé au cours de l'année passée, conclut l'étude.

    Le traité New Start («Start» pour Strategic Arms Reduction Treaty), portant sur la réduction des armes stratégiques nucléaires et signé entre les États-Unis et la Russie en 2010, limite à 700 le nombre de lanceurs nucléaires stratégiques déployés et à 1.550 le nombre de têtes nucléaires déployées sur ces lanceurs.

    Auparavant, Donald Trump avait appelé les États-Unis, la Russie et la Chine à renoncer aux armements nucléaires. Moscou a salué la proposition du dirigeant américain, tout en rappelant cependant que les États-Unis sapaient justement les accords dans le domaine de la non-prolifération des armements nucléaires.

    Tags:
    missiles balistiques, ogives nucléaires, New START (Traité de réduction des armes nucléaires), armes nucléaires, arsenal nucléaire, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik