Défense
URL courte
2517107
S'abonner

Des images satellite qui pourraient montrer des éléments d'un système russe de défense antiaérienne S-300 déployés sur un polygone américain ont été récemment publiées par le portail Defence Blog. Selon l'expert militaire Igor Korotchenko, il n'est pas exclu que ce soit l'Ukraine qui les ait transmis aux États-Unis.

Commentant les images satellites publiées par le portail Defence Blog et montrant notamment des objets qui ressemblent aux éléments du système soviétique S-300 déployé sur un site militaire américain, l'expert Igor Korotchenko a expliqué de quelle façon le Pentagone aurait pu les obtenir.

​«Il est probable que des S-300 aient été transmis aux États-Unis par l'Ukraine. Il est connu de tous que dans le cadre d'un programme secret de coopération entre les défenses des deux pays, sous la présidence de Petro Porochenko, l'Ukraine a permis aux militaires américains d'accéder aux matériels militaires soviétiques dont des S-300. Il est probable que, dans le cadre de cet accord, un contrat ait été conclu sur la livraison aux États-Unis d'ancien système soviétique de DCA S-300 pour que les effectifs de l'US Air Force puisse en prendre connaissance et développer des méthodes de résistance à de pareils systèmes», a-t-il indiqué.

D'ailleurs, l'expert a souligné que les S-300, créés dans les années 1980, ne pouvaient apporter aucune connaissance utile à l'heure actuelle.

«Les systèmes contemporains S-400 n'ont rien à voir avec les S-300 sauf la lettre S, c'est pourquoi des connaissances sur les S-300 ne permettront pas aux États-Unis de s'opposer à nos [de la Russie, ndlr] Triumph [S-400, ndlr]», a assuré l'expert.

Le S-300 Favorit est opérationnel dans l'armée russe depuis 1978, à l'époque soviétique. Il a été développé pour protéger des sites stratégiques contre des frappes portées au moyen d'avions de combat, de missiles de croisière et de missiles balistiques. Le système a une portée de 40 à 200 km contre les cibles aérodynamiques et de 5 à 40 km contre les missiles balistiques. Au fur et à mesure de sa modernisation, le système S-300, décliné en plusieurs versions, a cédé sa place au S-400 Triumph dont l'armée russe est dotée depuis 2007.

Lire aussi:

Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
S-400, S-300, Igor Korotchenko, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik