Défense
URL courte
351883
S'abonner

La France a proposé de déployer un système de défense antiaérienne sol-air SAMP-T en Turquie, annonce la chaîne NTV, citant le ministre turc de la Défense Hulusi Akar.

La France a exprimé sa volonté de déployer une batterie de Surface-to-Air Missile Platform/Terrain (SAMP/T) en Turquie lors de négociations entre le Président Recep Tayyip Erdogan et son homologue français Emmanuel Macron en marge d’un sommet de l’Alliance, a révélé le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar.

Pour l’instant, les discussions ne portent que sur une batterie de ce système de défense antiaérienne, les deux parties explorant les options de déploiement, a précisé le responsable, cité par la chaîne NTV. Le ministre a souligné que des Patriotes espagnols avaient déjà été déployés sur la base d’Incirlik et qu’une batterie de SAMP/T italienne se trouvait à Kahramanmaras.

Il a qualifié la proposition française de manifestation de bonne volonté et de symbole des relations franco-turques.

Cette annonce intervient en plein conflit entre les États-Unis et la Turquie autour des systèmes de défense antiaérienne russes S-400. Fin 2017, Ankara a signé avec Moscou un contrat estimé à plus de 2,1 milliards d'euros pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Selon le ministre turc de la Défense nationale, Hulusi Akar, Ankara commencera à déployer les S-400 sur son territoire en octobre prochain.

Washington a prévenu la Turquie que le contrat conclu avec Moscou pourrait remettre en cause l'achat d'avions de chasse furtifs F-35 à Lockheed Martin. Pourtant, Recep Tayyip Erdogan a promis que son pays ne reviendrait pas sur sa décision d'acheter des S-400.

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Mobilisation contre les violences policières à Paris, en dépit de l’interdiction - vidéo
Tags:
SAMP-T, S-400
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook