Défense
URL courte
Par
145025
S'abonner

La France et l'Indonésie s'apprêtent à finaliser un accord sur l'achat de 48 avions de combat Rafale, écrit La Tribune. Pour sa part, Florence Parly évoque un contrat portant sur 36 avions.

L'Indonésie souhaite rapidement finaliser un accord sur l'achat de 48 avions de combat Rafale conçus et produits par Dassault Aviation, écrit La Tribune qui cite plusieurs sources concordantes.

Paris et Djakarta ont également l'intention de signer un accord de coopération en matière de défense.

La Tribune indique que les Indonésiens «voudraient aller très vite et souhaiteraient même un accord avant la fin de l'année tandis que les négociateurs français souhaiteraient prendre un peu de temps pour boucler de façon minutieuse un accord».

Le dossier a été évoqué fin octobre lors de la visite à Paris du ministre indonésien de la Défense, Prabowo Subianto, qui, indique La Tribune, a réitéré le «vif intérêt» de Djakarta pour le Rafale.

Parly parle d'une commande de 36 Rafale

Sur BFM Business, la ministre française des Armées Florence Parly a évoqué un contrat portant sur 36 avions de chasse:

«Si cette commande se concrétise, ce sont des bonnes nouvelles pour les entreprises françaises, pour les 500 entreprises qui travaillent pour le programme Rafale parce qu'on parle de Dassault, mais il y a aussi de très nombreuses entreprises qui collaborent à ce programme, c'est l'équivalent de 7.000 emplois pendant 18 mois. C'est absolument considérable», souligne Florence Parly.

Elle a souligné que la signature du contrat était «très bien avancée».

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Togo: surpris en train de profaner une tombe, un «féticheur» a été brûlé vif
Rencontre Biden-Poutine: «les Américains ont compris que leur politique russophobe était allée trop loin»
Tags:
Florence Parly, France, Rafale, Indonésie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook