Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    LA MAISON-BLANCHE A RECONNU QUE L'ECONOMIE RUSSE NE CESSE DE SE RENFORCER

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    WASHINGTON, 4 février. /De notre correspondant Arkadi ORLOV/. Le gouvernement des Etats-Unis a annoncé une "réduction graduelle", à partir de 2004, de l'aide financière à la Russie du fait que l'économie russe ne cesse de se renforcer.

    Il en est question dans une note de la direction budgétaire de la Maison-Blanche complétant le projet de budget fédéral des Etats-Unis pour 2004 soumis lundi au Congrès américain.

    Dix ans après que les Etats-Unis ont commencé à fournir une aide financière à la Russie et à plusieurs autres pays issus de l'ancienne Union Soviétique le moment est venu de la radier de la liste des pays ayant besoin d'une aide économique, comme cela a déjà été le cas de nombreux Etats d'Europe de l'Est, lit-on dans le document.

    Le service d'information du département d'Etat a annoncé que si en 2002 et 2003 l'aide financière américaine à la Russie se montait respectivement à 159 et à 148 millions de dollars, dans le projet de budget de 2004 ce financement est prévu au niveau de 73 millions de dollars seulement.

    Par rapport à l'année dernière, l'aide financière américaine à la Russie en 2004 sera diminuée de 32% et puis cessera d'être fournie. Les Etats-Unis ne maintiendront que les programmes de renforcement de la démocratie et de la société civile.

    De l'avis des observateurs américains, la décision de l'administration de George Bush de commencer à retirer à la Russie son statut de pays bénéficiaire d'aide économique signifie qu'elle reconnaît que l'actuelle direction russe a réussi à renforcer l'économie nationale et à porter le pays à un niveau où cette aide n'est plus nécessaire.

    Lire aussi:

    Machine arrière: les USA réduiraient de 69% leur aide à l'Ukraine
    Après Obama, l'armée américaine a besoin d'un coup de neuf
    Coupes dans l’aide militaire US à l’étranger: «c’est au Congrès et à lui seul de décider»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik