Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Projet russo-allemand Sputnik: une nouvelle qualité pour l'imprimerie russe

    Economie
    URL courte
    0 0 10

    La Russie et l'Allemagne ont lancé un projet conjoint baptisé Sputnik qui porte sur la fabrication de machines d'imprimerie pour journaux.

    Tous les ans, les sociétés russes font publier à l'étranger des journaux, des revues et des livres pour près de 0,3 milliard de dollars, a annoncé vendredi à RIA-Novosti le vice-ministre de la Presse Vladimir Grigoriev au cours de la conférence de presse consacrée au lancement du projet de production en Russie de machines modernes pour l'impression de tabloïdes couleurs.

     

    "Le nombre insuffisant d'équipements modernes et compétitifs aux imprimeries russes nous oblige à faire éditer des publications russes à l'étranger", a dit le vice-ministre.

     

    Pour remédier à la situation, le ministère de la Presse a organisé de nombreuses rencontres avec les représentants de grosses imprimeries d'Allemagne de l'Ouest. Le projet "Sputnik" — il porte sur la fabrication en commun de machines d'imprimerie pour journaux par le Russe Poligrafmash (Rybinsk) et l'Allemand Heidelberg — en est le résultat. Selon le projet, la partie russe remplira les fonctions de producteur et les Allemands se chargeront de la vente des machines.

     

    Pour Vladimir Grigoriev, cette coopération marque toute une étape vers la mise en place, en Russie, d'une production compétitive. Non seulement le ministère soutient ce projet, il s'apprête à lui apporter son concours à l'étape de sa réalisation.

     

    Le projet russo-allemand prévoit la fabrication de machines Mercury en Russie. Poligrafmash et Heidelberg ont déjà lancé la production de machines rotocalcographiques d'une capacité de 35 000 exemplaires de journaux couleur chacune, a indiqué pour sa part Werner Albrecht, membre du conseil d'administration de Heidelberg. L'homme d'affaires allemand a exprimé l'espoir que ces machines seraient demandées en Russie et à l'étranger.

     

    En termes de coût, ces machines différeront substantiellement de leurs analogues occidentaux. Notamment, un Mercury fabriqué en Russie se vendra à 5 millions de dollars, soit deux, voire trois fois moins cher qu'en Europe occidentale ou aux Etats-Unis.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik