Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Moscou n'a pas l'intention de ne pas réagir à la démarche de Riga

    Economie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 21 mai - RIA Novosti. Au sommet Russie-UE qui se tiendra le 21 mai à Moscou, la Russie soulèvera la question relative à la position politique des pays baltes à l'égard de la Fédération de Russie et au respect des droits de la population russophone dans ces pays.

    "La position politique des pays baltes à l'égard de la Russie fera l'objet de l'entretien avec des pays et les dirigeants des organisations (l'UE et l'OTAN) auxquelles ils viennent d'adhérer", a déclaré, dans une interview à RIA Novosti, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Vladimir Tchijov.

    C'est ainsi qu'il a commenté le récent refus du ministère des Affaires étrangères de Lettonie de délivrer le visa d'entrée à Mikhail Demourine, vice-directeur du Deuxième département pour l'Europe du ministère russe des Affaires étrangères, qui devait participer à une conférence internationale à Riga.

    "Le refus de délivrer un visa à Mikhail Demourine ne saurait être attribué à une erreur ou au fait qu'il s'agit d'une personne peu connue, comme cela a été récemment le cas à l'égard de Tatiana Poloskova, ancien professeur de l'Académie diplomatique", estime Vladimir Tchijov.

    Selon lui, Mikhail Demourine a déjà participé cinq fois à ce forum. "C'est un homme bien connu dans les pays baltes, il avait assumé pendant plusieurs années les fonctions de conseiller d'ambassade à Riga, c'est pourquoi le ministère russe des Affaires étrangères considère le refus de lui délivrer un visa comme une tentative de faire pression politiquement sur ceux qui de par leur fonction, sont amenés à s'occuper du développement des rapports russo-lettons. "A notre avis, cela a été fait sciemment", a dit Vladimir Tchijov. (Expliquant les raisons du refus d'accorder le visa à Mikhail Demourine, le ministère des Affaires étrangère de Lettonie a déclaré que ce diplomate russe figurait sur la "liste noire" des personnes, dont le séjour sur le territoire de la Lettonie était indésirable).

    "Certes, nous l'interprétons comme un acte inamical. Il s'agit probablement d'un maillon dans l'enchaînement d'évènements disons politiques, étant donné qu'un employé de notre ambassade à Riga a récemment été proclamé persona non grata à Riga", estime le vice-ministre.

    Comme l'a souligné une source du Kremlin, la Russie attend la confirmation par l'Union européenne des engagements de défendre les droits des minorités nationales dans les pays baltes.

    Selon la source, le fait que les engagements de garantir les droits de l'homme et ceux des minorités nationales aient été formulés dans la déclaration conjointe adoptée le 27 avril à Luxembourg est très important pour la Russie.

    "Bien que l'application de cette disposition de la déclaration puisse prendre du temps, compte tenu de la position non constructive des milieux dirigeants de la Lettonie et de l'Estonie qui n'arrivent pas à se débarrasser de leurs craintes et de leurs complexes, nous nous attendons à la mise en oeuvre des ententes intervenues", a dit la source.

    Lire aussi:

    Arrestation du rédacteur en chef de Sputnik en Lettonie: une «tentative d’intimidation»
    Le rédacteur en chef de Sputnik Lettonie arrêté à Riga à son atterrissage
    Des exercices militaires dirigés par les États-Unis se déroulent en Lettonie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik