Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Siemens souhaite acquérir 71% de Silovyé-Machiny

    Economie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 16 juillet - RIA-Novosti. Le Service anti-monopole fédéral (FAS) a reçu de la part du consortium allemand Siemens la demande pour l'achat de 71% des actions du consortium de constructions mécaniques russe Silovyé-Machiny, a appris RIA-Novosti auprès du service de presse du FAS.

    "Nous confirmons avoir reçu cette demande", a indiqué un porte-parole du Service anti-monopole fédéral, sans pour autant préciser les délais d'examen de cette question.

    "Nos experts examinent les documents présentés et même eux ne vous diront pas quand le FAS prendra une décision à ce sujet", a-t-il indiqué.

    Entre-temps, le consortium Silovyé-Machiny a engagé mardi dernier le processus de regroupement avec le groupe des Usines de constructions mécaniques unifiées (OMZ).

    Les actionnaires de Silovyé-Machiny ont déposé les demandes pour l'échange de 60% des actions de SM contre les actions OMZ, a annoncé à RIA-Novosti un représentant d'OMZ.

    "Le dépôt de demandes pour l'échange s'achève le 13 juillet, cela signifie que le processus de regroupement des sociétés commence. OMZ obtient le bloc de contrôle de SM", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Les deux sociétés avaient annoncé leur regroupement en décembre 2003. A l'issu de cette transaction, les actionnaires de SM auraient dû obtenir 50% des actions d'OMZ et les actionnaires d'OMZ 100% des actions de SM.

    Interrogé par RIA-Novosti - Pourquoi les actionnaires de SM n'ont pas cédé aux actionnaires d'OMZ 100% des actions ? - le représentant de la société a répondu : "C'est une décision des actionnaires : ils ont cédé autant qu'ils ont voulu céder".

    Les analystes interrogés par RIA-Novosti ont émis des avis divergents sur l'éventuelle acquisition par Siemens du bloc de contrôle de Sylovyé-Machiny.

    "Je pense cette transaction n'aura pas car elle a un aspect politique non négligeable : Silovyé-Machiny ont des productions stratégiques. La probabilité de la transaction est donc minime, ilfaut plutôt s'attendre à un regroupement d'OMZ et de SM", a indiqué l'analyste chef de Megatransoil, Alexandre Razouvaev.

    Sylovyé-Machiny sont assez "cher" estimés par le marché et se présentent plus chers que Siemens d'après les principaux coefficients financiers d'estimation.

    Semon Mironov, son collègue de Renaissance Capital, estime au contraire que Siemens réussira à acquérir le bloc de contrôle de Silovyé-Machiny.

    "Je pense que Siemens aura l'autorisation d'acquérir Silovyé-Machiny dans 60% des cas. Mais on ferait mieux de ne pas faire de pronostics, cela reviendrait à lire dans le marc de café", dit-il.

    Un expert de la compagnie d'investissement Metropol, Denis Nouchtaev, estime Siemens n'aura pas la possibilité d'acquérir les actions de SM.

    "De toute évidence, le gouvernement n'approuvera pas cette transaction. N'oublions pas que le consortium Silovyé-Machiny est le producteur clef d'équipements pour les industries de défense et un puissant joueur sur le marché russe", a-t-il expliqué, ajoutant que le gouvernement "devrait maintenir son contrôle sur SM".

    Par contre, l'expert Viatcheslav Jabine, de Brokercreditservice, a indiqué à RIA-Novosti que le bloc de contrôle de SM "ira à l'étranger".

    "En Russie, il y a des restrictions pour la présence étrangère dans le capital des compagnies mais je ne pense pas que Silovyé-Machiny tombent sous le coup de ces restrictions", dit-il.

    Le consortium Sylovyé-Machiny est un producteur important d'équipements pour les centrales hydrauliques, thermiques, à gaz et nucléaires, d'équipements pour le transport et la distribution d'électricité, ainsi que d'équipements de transport et ferroviaires. Il regroupe Usine métallique de Leningrad (LMZ), l'usine Electrosila, le Groupement science-production Ivan Polzounov, l'Usine de turbines de Kalouga, l'Usine d'aubes de turbines et la Centrale Energomashexport.

    Lire aussi:

    En Crimée, la réduction des activités de Siemens en Russie qualifiée de «chantage»
    Affaire des turbines Siemens: la justice russe dit «non» à leur saisie
    Turbines Siemens en Crimée: une commission allemande avance une «solution légale»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik