Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Un doublement du PIB russe en dix ans n'est possible qu'au cas où les réformes structurelles sont poursuivies, selon un expert

    Economie
    URL courte
    0 1 0 0
    HONG-KONG, 22 septembre - de notre correspondant Mark ZAVADSKI. Un doublement du PIB russe en dix ans n'est possible qu'au cas où les réformes structurelles sont poursuivies, a annoncé à RIA Novosti le manager de Morgan Stanley, Stephen Roach, qui est arrivé à Hong-Kong pour prendre part au Top Managers' Forum 2004 organisé sous l'égide de Forbes.

    "Le doublement du PIB russe en dix ans n'est possible qu'au cas où la Russie prouve par les actes son aspiration à des réformes économiques structurelles. La Russie a parcouru un long chemin au cours des cinq dernières années, mais beaucoup reste à faire", a estimé l'expert.

    Stephen Roach voit d'un oeil optimiste les perspectives de l'économie russe. "Aujourd'hui l'économie russe dépend dans une grande mesure des prix du pétrole dont la dynamique, d'après nos prévisions, lui sera favorable dans l'immédiat", a-t-il dit.

    S'agissant de la conjoncture mondiale, l'économiste a estimé que l'année 2004 serait l'une des meilleures ces derniers temps. "Selon les prévisions de Morgan Stanley, la croissance économique mondiale sera de 4,7% en 2004, mais elle perdra jusqu'à 3% en 2005", a-t-il indiqué.

    A l'heure actuelle, il n'y a que deux forces qui déterminent le développement économique mondial: la production en Chine et la consommation aux États-Unis, a estimé Stephen Roach.

    "La Chine est en train de réduire ses capacités de production, les États-Unis vont consommer moins. S'il n'y a pas dans l'immédiat de nouveaux facteurs de la même envergure, la croissance mondiale doit se ralentir", a fait remarquer l'économiste.

    Morgan Stanley est l'une des plus grosses banques d'investissement globales sur le plan de la capitalisation du marché qui compte des représentations dans 25 pays. Depuis 1994 elle a une activité importante en Russie.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik