Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Le président Vladimir Poutine aura une rencontre avec le chef du gouvernement intérimaire de l'Irak

    Economie
    URL courte
    0 1 0 0
    MOSCOU, 7 décembre - RIA-Novosti. Le président russe Vladimir Poutine aura mardi les pourparlers avec le premier ministre d'Irak Iyad Allaoui qui est arrivé lundi en visite dans la capitale russe.

    Ce sera la deuxième rencontre du président russe avec un dirigeant de l'Irak depuis le renversement du régime de Saddam Hussein. En décembre 2003, les pourparlers ont eu lieu au Kremlin entre Vladimir Poutine et une délégation irakienne conduite par Abdel Aziz al-Hakim, président du Conseil de gouvernement transitoire irakien.

    Selon une source du Kremlin, "parmi les sujets principaux qui seront examinés aux pourparlers, on peut citer l'état et les perspectives du développement des rapports bilatéraux". "Le consentement de la Russie à rayer les dettes irakiennes (la Russie a rayé 90 % de la dette irakienne) est la contribution la plus importante au rétablissement de l'économie et de l'infrastructure sociale du pays", a fait remarquer la source.

    "La Russie espère que ses intérêts économiques légitimes seront respectés en Irak", a tout particulièrement souligné la source. "La Russie est parvenue à toute une série d'ententes mutuellement avantageuses avec l'Irak - au niveau de l'Etat et des corporations - prévoyant des investissements importants dans l'économie irakienne", a dit la source à RIA-Novosti.

    Au cours des pourparlers, la partie russe a l'intention d'examiner concrètement les perspectives du dégel des projets communs très utiles pour l'assainissement de la situation socio-économique dans le pays, projets suspendus à cause des actions militaires".

    Le contrat pour l'exploitation de la deuxième tranche du gisement de pétrole de West Qurna-2 est aujourd'hui le projet russo-irakien le plus important. Il a été signé le 21 mars 1997 entre le ministère du Pétrole de la République d'Irak, "LUKOIL", le Groupement russe de relations économiques extérieures "Zaroubejneft" et l'entreprise d'Etat "Association de relations économiques extérieures "Machinoïmport". La validité du contrat conclu conformément à l'Accord sur le partage de la production est de 23 ans, il peut être prolongé de 5 ans. La part de "LUKOIL" dans le projet est de 68,5 %, celle de "Zaroubejneft", de 3,25 % et celle de "Machinoïmport", également de 3, 25 %. Du côté irakien, l'organisation SOMO (25 %) participe au projet.

    Les réservés prouvées du gisement sont évaluées à 6 milliards de barils de pétrole. L'extraction accumulée depuis la mise en vigueur du contrat peut atteindre 4,8 milliards de barils de pétrole et 56,4 milliards de mètres cubes de gaz pétrolier. Les investissements prévus dans l'exploitation du gisement sont de 4 milliards de dollars.

    Le premier ministre irakien estime également que la coopération économique est le sujet principal des prochains pourparlers. Comme l'a fait savoir jeudi dernier le journal irakien "Al-Zaman", au cours de la rencontre avec les membres du Conseil national temporaire d'Irak, le premier ministre a dit que "l'annulation de toutes les dettes irakiennes, l'achat d'armes russes et la participation de la Russie au développement de l'industrie du pétrole et du gaz du pays étaient les sujets principaux des pourparlers à Moscou". Le journal indique qu'Iyad Allaoui a l'intention d'examiner avec les dirigeants de la Russie la possibilité de rayer entièrement la dette irakienne à la Russie qui constituait, avant la décision prise par le Club de Paris des créditeurs, 11 milliards de dollars.

    Selon Iyad Allaoui, au cours de sa visite à Moscou, il est prêt à proposer à la Russie la participation commune des compagnies russes et d'autres compagnies étrangères à l'investissement dans le secteur pétrogazier de l'industrie de l'Irak.

    La situation politique en Irak, ainsi que les élections à l'Assemblée nationale transitoire seront un autre sujet important des pourparlers. Les élections sont prévues pour le 30 janvier 2005. Assurer le caractère honnête et transparent des élections, leur conformité aux normes internationales de l'expression de la volonté et la participation d'un nombre maximal d'électeurs, y compris l'opposition, sont la condition principale de la légitimité et du succès des prochaines élections, a fait remarquer la source du Kremlin.

    Cependant, au cours de sa visite en Inde, le président russe a déclaré que "la continuation des actions militaires intenses en Irak mettait en question la possibilité de tenir des élections honnêtes et démocratiques dans ce pays".

    Il a rappelé que la Russie avait soutenu la résolution 1556 du Conseil de sécurité de l'ONU contenant le calendrier du processus politique en Irak. "Adoptant cette résolution, nous avons estimé tous qu'il fallait créer et assurer les conditions pour les élections dans ce pays", a fait remarquer Vladimir Poutine. "Nous sommes certains qu'il est possible de stabiliser la situation au moyen du dialogue intra-irakien visant à parvenir à la concorde nationale", a souligné le chef de l'Etat russe.

    Lire aussi:

    L’Irak veut voir les entreprises russes participer à la reconstruction du pays
    Bagdad n’entend pas s’ingérer dans les affaires intérieures de ses voisins
    L’Irak appelle les autres pays à cesser d’acheter du pétrole au Kurdistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik