Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Les petites et moyennes entreprises de la Russie n'assurent que 12 % du PIB

    Economie
    URL courte
    0 410
    MOSCOU, 8 décembre - RIA-Novosti. En Russie, 12 % du PIB sont assurés par les petites et moyennes entreprises, a fait savoir mercredi Serguei Katyrine, vice-président de la Chambre de commerce et d'industrie de la Fédération de Russie, à la Conférence russo-allemande des PME.

    Selon Serguei Katyrine, les indices des petites et moyennes entreprises de la Russie sont inférieurs à ceux de l'Europe. Ce secteur emploie 17 % de la population et compte moins d'un million d'entreprises, a-t-il dit.

    Le développement des petites et moyennes entreprises signifie, du point de vue politique, la création d'une classe moyenne intéressée au développement politique et économique stable du pays. Du point de vue économique, c'est une sphère de l'emploi, estime Serguei Katyrine.

    "Le problème de l'emploi concerne surtout le Sud de la Russie et le Caucase du Nord. De plus, il est nécessaire de développer les entreprises innovatrices et les entreprises à risque", a indiqué Serguei Katyrine.

    Cependant, plusieurs problèmes entravent le développement des petites et moyennes entreprises en Russie, a dit le vice-président de la Chambre de commerce et d'industrie. Selon lui, il s'agit, en premier lieu, de dispositions législatives qui doivent assurer le développement des PME.

    "Nous sommes en train d'élaborer une nouvelle loi "De la politique de l'Etat visant à développer les petites et moyennes entreprises". Nous voudrions que cette loi définisse toutes les catégories d'entreprises. Il convient de changer les critères du chiffre d'affaires des entreprises en prévoyant son accroissement. Il faut apporter des amendements à la législation fiscale, autrement dit, il faut changer les critères d'imposition des petites et moyennes entreprises", a dit Serguei Katyrine.

    Le libre accès des entreprises aux ressources financières est un autre problème du développement des PME en Russie. "Aujourd'hui, seulement 1 % des entreprises bénéficient de crédits bancaires et seulement 2 % tiennent la comptabilité officielle. Il est vrai, ces derniers temps, certaines banques ont commencé à financer les petites et moyennes entreprises, notamment la Vneshtorgbank et la Sberbank", a fait remarquer Serguei Katyrine.

    Le vice-président de la Chambre de commerce et d'industrie estime que le micro-financement de ces entreprises en province est aussi un problème sérieux freinant le développement des PME. "Au début de 2004, trois milliards de roubles (un dollar équivaut à 27,87 roubles) ont été garantis par l'Etat pour soutenir les petites et moyennes entreprises. En 2005, il est prévu d'allouer 1,5 milliard de roubles à cette fin", a dit Serguei Katyrine.

    Ludwig Georg Braun, président de l'Union des chambres de commerce et d'industrie d'Allemagne, a confirmé l'intéressement de son pays à ce que deux millions d'autres petites et moyennes entreprises apparaissent en Russie.

    La Russie compte actuellement 950 000 petites et moyennes firmes, a-t-il fait remarquer. "Les entreprises russes ont beaucoup d'articles à vendre sur le marché européen. Cela permettra de développer les petites et moyennes entreprises en Russie, ainsi que la coopération avec de nombreux pays européens, dont l'Allemagne", a dit Ludwig Georg Braun.

    Le représentant allemand a cité plusieurs objectifs à atteindre en Russie pour développer les PME. "Premièrement, il faut exonérer toutes les entreprises dont le chiffre d'affaires est compris entre 1 et 2 millions de dollars par an de l'impôt sur les bénéfices pendant les premières cinq années, pour qu'elles puissent se développer tranquillement. C'est le moyen le plus rapide et le moins bureaucratique", a dit Ludwig Georg Braun.

    De plus, ces entreprises pourraient présenter des comptes rendus et ne pas payer d'impôts, a-t-il fait remarquer.

    Selon Ludwig Georg Braun, de nombreuses petites et moyennes entreprises éprouvent des difficultés, car elles n'ont pas de leur propre base financière. "Dans notre pays, il est également nécessaire d'introduire ce système, c'est-à-dire d'exonérer d'impôt les PME", a-t-il dit.

    Des processus d'innovation se déroulent déjà aux Etats-Unis et en RFA, a fait savoir le représentant allemand. A son avis, ils sont les locomotives de la rénovation de l'industrie, surtout dans le secteur tertiaire.

    "Ces innovations sont également importantes dans le domaine des technologies de l'information. Il faut développer la culture des innovations et créer de nouvelles entreprises liées aux Universités, pour former plus vite les employés et contribuer au développement des entreprises et de l'industrie grâce à l'enseignement", a fait observer Ludwig Georg Braun.

    "De plus, nous devons appliquer une bonne politique à l'égard du personnel. Tout doit être transparent à l'égard de nos employés", a dit Ludwig Georg Braun.

    Lire aussi:

    Alep libérée: 15.000 entreprises reprennent leur activité
    Le monarque républicain est-il nu ?
    De l'impression 3D à l'aéronautique: ces secteurs où le génie russe est le plus sollicité
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik