Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Renault en Russie : le problème des droits de douane sera examiné en décembre

    Economie
    URL courte
    0 6 0 0
    MOSCOU, 9 décembre - RIA Novosti. La commission interministérielle pour les mesures protectionnistes dans le commerce extérieur et la politique douanière et tarifaire se réunira en décembre pour étudier la possibilité d'annuler les droits de douane perçus sur les pièces destinées à l'assemblage de voitures Renault à Moscou, a annoncé à RIA Novosti un porte-parole du ministère du Développement économique et du Commerce à la veille de la visite que le premier ministre russe Mikhaïl Fradkov doit effectuer en France.

    "Cette proposition fera l'objet d'un débat circonstancié pour être ensuite soumise au gouvernement au mois de décembre", a-t-il précisé.

    Sans entrer dans le détail, l'interlocuteur de RIA Novosti a fait remarquer qu'il s'agit d'accorder des facilités fiscales pour une partie des pièces destinées à l'assemblage industriel de voitures.

    "Il est des pièces qui ne seront jamais fabriquées chez nous mais il en est aussi qui peuvent l'être. On doit donc trouver un équilibre", a-t-il déclaré.

    Le directeur du département de la réglementation du commerce extérieur et de la douane, Alexéi Kaulbars, avait expliqué précédemment aux journalistes que le ministère étudiait la possibilité de réanimer le décret du président et de l'ordonnance du gouvernement de 1998 sur ce que l'on appelle le "libre entrepôt" prévoyant un régime douanier avantageux pour les pièces. Cette mesure favorisera l'afflux d'investissements dans l'industrie automobile russe, a souligné Alexéi Kaulbars.

    En 1998, Renault a créé en Russie en parité avec le gouvernement de Moscou une entreprise conjointe "Autoframos". En 2004 la société française a porté sa participation dans son capital à 76% et le gouvernement de Moscou s'est contenté des 24% restants.

    "Autoframos" exerce des activités commerciales et industrielles consistant à fabriquer et à réaliser des voitures Renault sur le territoire de la Russie. Elle projette de porter ses ventes en Russie à 100 000 voitures par an d'ici à 2008.

    Renault a vendu en Russie plus de 11 000 voitures en 2003, soit 36,2% de croissance par rapport à 2002, et 7 311 au cours du premier semestre 2004, soit 38% de croissance par rapport à la période analogue de 2003.

    A l'heure actuelle l'usine de Moscou produit des Renault Symbole. En même temps des unités d'assemblage de Logan sont en chantier et doivent être mises en service au deuxième trimestre 2005. Vers la fin de 2006, elles devront atteindre leur rendement initial fixé à 60 000 voitures par an.

    Renault investit 250 millions de dollars dans l'extension des unités de production. C'est la plus grosse somme placée dans le secteur automobile russe, d'après les spécialistes de la société.

    Les Logan seront assemblées en Russie à partir de lots de pièces et d'ensembles mécaniques. Par la suite, il est envisagé d'amplifier l'intégration de l'usine dans l'économie locale en augmentant graduellement la production de pièces matricées en Russie. C'est l'usine ZIL de Moscou qui en sera le fournisseur.

    Lire aussi:

    Renault signe en Iran un accord de 660 M EUR
    Les tensions qui pèsent sur l’Iran ne font pas broncher Renault
    Iran: Renault face à l’imbroglio des sanctions américaines
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik