Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Le gouvernement n'a pas réussi à contenir l'inflation dans le cadre prescrit mais enregistre un record historique en matière de réserves de change

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 15 décembre - RIA-Novosti. La Banque centrale confirme ses prévisions relatives à l'indice général des prix à la consommation à près de 11,5% cette année, a annoncé le premier adjoint au président de la Banque de Russie Alexeï Oulioukaev prenant la parole au cours de la "table ronde" consacrée aux grands axes de la politique monétaire russe en 2005 qui s'est déroulée au Conseil de la Fédération mercredi.

    L'inflation de base, selon les prévisions de la Banque centrale, se situera cette année entre 10% et 10,5%. "Résultat, l'indice général des prix à la consommation se montera à 11,5% au moins", a expliqué Alexeï Oulioukaev.

    Ce qui veut dire que le gouvernement et la Banque centrale n'ont pas réussi à respecter une inflation à 10% cette année.

    Parallèlement, a souligné Alexeï Oulioukaev, la Banque centrale pourra "sans doute atteindre et même largement" le second des objectifs essentiels de sa politique monétaire, à savoir refréner le cours effectif réel du rouble.

    "Il est dès à présent évident que le renforcement effectif réel du rouble ne dépassera pas la barre des 5%, et même constituera 4% et poussières, soit notablement en dessous de la limite que nous estimions comme admissible", a indiqué le premier adjoint au président de la Banque centrale.

    Il a rappelé que la limite maximale admissible du renforcement du rouble était de 7% pour cette année.

    Avant fin 2004, la Banque de Russie est prête a annuler ses exigences relatives à la constitution des réserves pour compenser le reflux de capitaux, a annoncé Oulioukaev.

    Ces exigences, a-t-il rappelé, ont été décrétées après l'entrée en vigueur en juin dernier de la nouvelle rédaction de la loi sur la réglementation monétaire et le contrôle des changes. Le numéro deux de la Banque a souligné qu'au stade de l'élaboration de cette loi, la question s'était posée quant au bien fondé de l'ouverture des comptes spéciaux pour les opérations en devises et de la réservationd'une partie des fonds pour les opérations en devises de capitaux.

    Alexeï Oulioukaev a souligné que le mécanisme décrété par la loi avait déjà été enclenché et que la Banque de Russie était prête à assouplir ses exigences initiales.

    Notamment, la Banque s'est renoncée, selon lui, à son exigence de constituer des réserves sur les crédits que les banques russes mobilisent auprès des non-résidents. L'annulation de l'exigence de constituer des réserves pour compenser le reflux de capitaux sera la mesure suivante.

    Alexeï Oulioukaev a aussi souligné que les comptes spéciaux pour les opérations en devises seraient maintenus, ce qui donnera la possibilité, dans les conditions défavorables, de rétablir les exigences de constituer des réserves.

    "Cet éventail de mesures permet d'affirmer que la Banque centrale est prête à agir en 2005 "dans le cadre de vastes limites de conjoncture économique extérieure", a indiqué Alexeï Oulioukaev.

    La Banque centrale estime que rien ne justifie pour l'instant la poursuite de la baisse du taux de refinancement. Cette année, a rappelé Alexeï Oulioukaev, celui-ci a déjà baissé à deux reprises. Actuellement, ce taux se monte à 13%.

    "Affirmer que ce taux est adéquat est plutôt matière à discuter, mais celui-ci est étroitement lié à l'inflation", a-t-il noté.

    Puisque l'inflation cette année, selon des prévisions récentes, se montera à 11,5% au moins, "rien ne justifie pour l'instant de décréter une nouvelle baisse du taux de refinancement", a encore souligné le premier adjoint au président de la Banque centrale.

    Si, par la suite, les mesures visant à refréner l'inflation sont réalisées avec davantage de conséquence, la Banque centrale n'écartera pas l'éventualité de nouvelles réductions du taux de refinancement, a-t-il noté.

    Alexeï Oulioukaev a confirmé que la Banque centrale et le ministère des Finances étaient prêts à passer dans un proche avenir un accord sur la gestion des moyens provenant du Fonds de stabilisation.

    Cela veut dire que le placement des moyens du Fonds de stabilisation dans des titres étrangers commencera, aux termes de ce document, en janvier ou au début de février 2005 au plus tard, a annoncé Alexeï Oulioukaev.

    Pour sa part, le ministre des Finances, Alexeï Koudrine, a annoncé dans une interview RIA-Novosti que l'accord entre son ministère et la Banque centrale sur la gestion du Fonds de stabilisation serait signé avant fin 2004.

    A la fin de 2004, le Fonds de stabilisation comptera sur ses comptes presque 20 milliards de dollars, a annoncé le ministre russe des Finances.

    Le ministre a rappelé que le solde disponible sur les comptes du Fonds serait utilisé pour réaliser des versements réguliers dans le cadre de la dette extérieure de la Russie et notamment dans le but d'amortir avant terme une partie de cette dette en 2005.

    Les réserves de change de la Fédération de Russie ont augmenté depuis le début de l'année de 44 milliards de dollars.

    "C'est un record historique et cet indice place notre pays à la sixième position mondiale", a dit Alexeï Oulioukaev.

    Le président de la Banque de Russie, Sergueï Ignatiev, a annoncé la semaine dernière à la Douma que l'accroissement des réserves de change russes avait été de 40,5 milliards de dollars durant les onze premiers mois de l'année en cours, contre une augmentation de 20,4 milliards de dollars durant la période analogue de 2003.

    Lire aussi:

    Pour quelle raison la Russie rachète-t-elle de l’or en quantité record?
    Les investisseurs turcs renoncent au dollar pour l’or?
    Banque mondiale: la Russie annonce les conditions de sa participation à la capitalisation
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik