Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La Bolivie prête à coopérer avec Gazprom

    Economie
    URL courte
    0 2 0 0
    BUENOS AIRES, 30 janvier - RIA Novosti. La Bolivie est disposée à développer une coopération gazière mutuellement avantageuse avec la Russie, a déclaré le président de la compagnie pétro-gazière publique bolivienne YPFP, Jorge Alvarado, interrogé lundi par RIA Novosti.

    "Nous proposons de bâtir nos relations sur une base mutuellement avantageuse et sommes prêts à écouter les propositions de Gazprom dans ce sens", a-t-il dit.

    La mise en place d'une entreprise mixte pourrait être une des formes de cette coopération. "Hélas, nous n'avons jamais eu de contacts avec le géant gazier russe", a regretté M. Alvaro. Il a expliqué que sa compagnie ne s'acquittait au départ que des fonctions de contrôle, mais que la nouvelle loi lui permettait enfin d'assurer le cycle complet (extraction, traitement industriel et vente).

    "YPFB compte se transformer prochainement en une sorte d'holding qui regrouperait des entreprises mixtes, des sous-traitants, comme c'est le cas du brésilien Petrobras, a-t-il poursuivi. Nous pourrons ainsi créer avec Gazprom une série d'entreprises mixtes chargées de la prospection, de l'extraction et du traitement de gaz naturel".

    "À notre avis, nous avons de belles perspectives de coopération sur toute la chaîne de production industrielle et technologique d'hydrocarbures, de la production à la vente. Gazprom pourrait notamment construire des compresseurs et des usines de liquéfaction de gaz", a estimé le patron de YPFB.

    Selon M. Alvarado, les partenaires russes et boliviens pourraient organiser une filière conjointe de production d'urée. "Aujourd'hui, nous achetons l'urée à l'étranger, mais nos réserves en gaz nous permettent d'implanter une filière de production d'urée en Bolivie pour l'exporter vers d'autres pays d'Amérique latine", a-t-il estimé.

    "Avec la collaboration russe, nous pourrions également lancer la fabrication de matières plastiques, de gazole et d'essence, le tout à base de gaz naturel", a-t-il déclaré.

    "La Russie pourrait aussi nous aider à former des spécialistes pour l'industrie du gaz", a résumé M. Alvarado.

    Lire aussi:

    La Russie et l’Inde pourraient lancer un projet gazier d’envergure
    Les livraisons de gaz russe à la Turquie ont augmenté d'un quart en 2017
    Les exportations de gaz russe vers l’Europe augmentent de 12,3%
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik