Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Le projet Chtokman promet une production de 70 à 100 mds de m3 de gaz par an

    Economie
    URL courte
    0 0 01
    MOSCOU, 8 décembre - RIA Novosti. La production annuelle de gaz sur le gisement de Chtokman fait actuellement l'objet de discussions, a annoncé vendredi le vice-président du géant gazier, Alexandre Ananenkov, lors d'un entretien avec les rédacteurs en chef des médias locaux et régionaux.

    "Il s'agit de 70 à 100 milliards de m3 par an", a-t-il précisé.

    Le gisement de Chtokman est situé dans la partie centrale du secteur russe du plateau continental de la mer de Barents. Ses réserves de catégorie C1+C2 approuvées par la commission d'Etat du ministère russe des Ressources naturelles en janvier 2006 sont estimées à 3.700 milliards de m3 de gaz et à plus de 31 millions de tonnes de condensat de gaz.

    D'autre part, Gazprom projette de produire 115 milliards de m3 par an sur le gisement pétrogazier de Bovanenkovsk (presqu'île de Yamal) à la première étape. Par la suite, la production pourrait être portée à 140 milliards de m3 par an, a ajouté Alexandre Ananenkov.

    La mise en valeur des champs de gaz de Yamal permettra à Gazprom de porter sa production dans la presqu'île à 250 milliards de m3 par an. Les réserves totales des gisements les plus importants de la région (Bovanenkovsk, Kharas Saveï et Novoportovsk) dont les licences d'exploitation appartiennent à Nadymgazprom (filiale à 100% de Gazprom) sont estimées à 5.900 milliards de m3 de gaz, à 100,2 millions de tonnes de condensat de gaz et à 227 millions de tonnes de pétrole.

    Lire aussi:

    Plusieurs banques européennes rejoindront le projet gazier russe Yamal LNG
    La Russie et l’Inde pourraient lancer un projet gazier d’envergure
    En Iran, la Russie opte pour plus de 50 projets pétroliers et gaziers
    Nouveau record d'exportations en Europe pour Gazprom
    L'Allemagne renonce au schiste, la Chine lui tend les bras
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik