Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Contrairement aux attentes mondiales, une "OPEP du gaz" n'a pas été instituée à Doha

    Economie
    URL courte
    Conférence gazière de Doha (10)
    0 0 0 0

    Les plus grands pays exportateurs de gaz n'ont pas institué à leur forum à Doha (Qatar) une "OPEP du gaz", contrairement aux attentes mondiales et mais en pleine conformité avec les prévisions de Moscou.

    MOSCOU, 9 avril - RIA Novosti. Les plus grands pays exportateurs de gaz n'ont pas institué à leur forum à Doha (Qatar) une "OPEP du gaz", contrairement aux attentes mondiales et mais en pleine conformité avec les prévisions de Moscou.

    La décision d'instituer un cartel n'a pas été prise, au lieu de cela les pays producteurs ont proposé de créer un groupe de coordination de haut niveau qui se chargera, entre autres, de l'élaboration principes de la formation des prix du gaz sur le marché. Cela doit être un mécanisme transparent et compréhensible pour consommateurs et fournisseurs.

    Les rencontres du groupe devront se tenir six fois au moins par an.

    Les pays exportateurs de gaz n'ont pris à Doha aucune décision instituant une OPEP du gaz, a annoncé le ministre russe de l'Industrie et de l'Energie Viktor Khristenko.

    "Aucune décision impliquant la réalisation d'un accord de cartel n'a été prise", a expliqué M. Khristenko, commentant le bilan de la rencontre ministérielle des pays exportateurs de gaz au Qatar.

    Le groupe de coordination qui sera constitué de représentants des pays exportateurs devra encore analyser le bilan du forum et préparer les thèmes pour le futur débat, et présenter les propositions sur la question de l'institution du secrétariat du forum, a noté le ministre russe. La Russie sera en même temps coordinatrice du groupe en charge de la formation des prix du gaz.

    De l'avis du président de Gazprom, Alexeï Miller, la constitution d'un groupe de coordination est une mesure encourageant la coopération internationale dans le secteur.

    "C'est une forme absolument nouvelle du dialogue énergétique", a noté M. Miller, notant qu'il s'agit, entre autres, d'études conjointes sur le mécanisme de formation des prix du gaz. A son avis, ce "nouveau format" du dialogue est dicté par des causes objectives de la mondialisation de ce marché.

    L'Argentine, la Bolivie et le Venezuela se sont prononcés, avant le forum, en faveur du regroupement des pays exportateurs au sein d'une structure à l'instar de l'OPEP.

    "Nos pays (Argentine, Bolivie, Venezuela) ont institué un groupe semblable à l'OPEP (Organisation des pays d'Amérique latine producteurs et exportateurs de gaz), qui est chargé de la politique tarifaire", a indiqué le ministre bolivien de l'Industrie, Carlos Quiroga. Le ministre a annoncé qu'il jugeait nécessaire de créer un "groupe pareil à l'échelle globale".

    Le ministre iranien du Pétrole, Kazem Vaziri Hamaneh, a pour sa part proposé d'examiner l'initiative de créer une OPEP du gaz sous un jour plus précis.

    "Nous avons entendu que la Russie serait également intéressée à la création d'une pareille organisation. Nous serions dans l'ensemble prêts à en débattre", a-t-il déclaré.

    Une source interne à la délégation russe à Doha a annoncé que la création d'une organisation des pays exportateurs de gaz était nécessaire étant donné la mondialisation du marché.

    "Je ne pense pas que l'organisation d'un cartel soit annoncé aujourd'hui. Mais puisque le marché du gaz se mondialise, cette organisation verra le jour à coup sûr", a indiqué le représentant de la délégation russe.

    Le septième forum des 14 pays exportateurs de gaz se déroulera en 2008 à Moscou.

    Selon le chef de la délégation russe à Doha, Viktor Khristenko, les principales questions débattues par les participants au forum ont été et seront celles de la formation des prix dans le secteur, de l'infrastructure et des contacts avec les consommateurs. La mondialisation du marché du gaz reste d'actualité.

    Selon lui, le comité (groupe) de coordination de haut niveau institué au cours de ce forum (au niveau des ministres des pays participants) "se chargera de ce travail tout au cours de l'année prochaine".

    Commentant le fait qu'en prévision du forum certains pays consommateurs ont fait état d'une "nervosité" suite à un éventuel regroupement des exportateurs de gaz, M. Khristenko a dit : "Cette nervosité qui a été assez longtemps présente dans l'espace médiatique s'explique par les tensions dans le dialogue énergétique lancé par Moscou au sommet du G8. Depuis, de nombreux pays ont rénové ou se sont engagés dans la voie de la rénovation de leurs stratégies énergétiques".

    Le ministre russe a souligné que la formation des prix du gaz doit être transparente aussi bien pour les consommateurs que pour les fournisseurs.

    Rencontrant le 29 janvier dernier à Téhéran le secrétaire du Conseil de sécurité russe Igor Ivanov, le leader spirituel iranien l'ayatollah Ali Khamenei avait évoqué la possibilité d'instituer une organisation pour la coopération dans la sphère gazière. "Nos pays pourraient créer une organisation pour la coopération dans la sphère gazière à l'instar de l'OPEP", avait alors estimé Ali Khamenei.

    Dossier:
    Conférence gazière de Doha (10)

    Lire aussi:

    Bloomberg: la Russie dominera encore au moins 20 ans le marché gazier de l’Europe
    Pour le pétrolier allemand Wintershall, le gaz russe est le plus compétitif
    «Les USA ne pourraient pas approvisionner l'UE en gaz à la place de la Russie»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik