Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Ouzbékistan: le russe LUKoil lorgne le bloc de contrôle dans un consortium gazier

    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Lukoil Overseas, filiale à 100% du géant pétrolier russe Lukoil, a annoncé vendredi son intention d'acquérir le bloc de contrôle dans un consortium international exploitant huit gisements de gaz en Ouzbékistan.

    Lukoil Overseas, filiale à 100% du géant pétrolier russe Lukoil, a annoncé vendredi son intention d'acquérir le bloc de contrôle dans un consortium international exploitant huit gisements de gaz en Ouzbékistan.

    Situés dans les provinces de Guissar du Sud-Ouest et d'Oustiourt, les gisements en question, qui recèlent près de 100 milliards de mètres cubes de gaz, sont actuellement exploités dans le cadre d'un contrat de partage de la production (production sharing agreement, PSA) conclu entre la compagnie nationale ouzbèke Uzbekneftegaz et la société Soyuzneftegaz Vostok Ltd, filiale du russe MGNK Soyuzneftegaz, qui se déclare disposée à céder ses actifs à Lukoil.

    "L'Ouzbékistan est l'une des principales régions des activités internationales de Lukoil, et l'extension des activités dans ce pays correspond pleinement aux objectifs stratégiques de la compagnie", a déclaré le PDG de Lukoil, Vaguit Alekperov, cité par un communiqué de la compagnie Lukoil Overseas.

    "Nous nous réjouissons que l'administration ouzbèke ait évalué positivement nos activités dans la république et donné le feu vert à notre entrée dans le projet", a-t-il souligné.

    D'ici quatre ans, la production des gisements ouzbeks doit atteindre 3 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le montant des investissements nécessaire à la mise en oeuvre du projet dépasse 700 millions de dollars.

    Le PDG de MGNK SoyouzNefteGaz, Iouri Chafranik, a pour sa part rappelé que le volume des investissements placés par sa compagnie dans le projet avait dépassé 70 millions de dollars.

    Lire aussi:

    Pétrole: la Russie pourra accroître sa production si elle quitte l'accord OPEP+
    Moscou et Téhéran en route vers la signature de contrats pétroliers
    Google perd son statut de marque la plus valorisée du monde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik