Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Ukraine-hydrocarbures: Kiev pourrait devoir verser 200 Ms USD d'indemnité pour rupture de contrat

    Economie
    URL courte
    0 10
    KIEV, 20 mai - RIA Novosti. Le groupe américain Vanco, écarté par le gouvernement ukrainien de la mise en valeur du plateau continental de la mer Noire, pourrait réclamer une compensation de 200 millions de dollars s'il démontre l'illégalité de cette démarche, a déclaré Alexandre Chlapak, premier directeur adjoint du secrétariat du président ukrainien.

    "Il n'y a aucun doute que nous serons obligés de rembourser les 200 millions de dollars d'investissements directs engagés par Vanco", a-t-il affirmé mardi lors d'un point de presse.

    Selon M. Chlapak, ce montant augmentera considérablement si l'investisseur réclame une compensation pour le manque à gagner.

    Le 25 avril dernier, le ministère ukrainien des Ressources naturelles a retiré la licence d'exploitation du plateau continental de la mer Noire délivrée à l'américain Vanco Prikerchenskaya Ltd (filiale de Vanco International) qui prospectait des hydrocarbures depuis l'automne 2007 dans la région de Kertch.

    Le 19 octobre 2007, Vanco International avait signé avec le gouvernement de Viktor Ianoukovitch un contrat de partage des hydrocarbures produits sur le plateau continental de la mer Noire. La durée du contrat était de 30 ans.

    Evoquant les raisons qui l'ont amenée à annuler la licence de Vanco, la première ministre Ioulia Timochenko a qualifié le contrat de "pillage des ressources naturelles ukrainiennes".

    D'après M. Chlapak, Vanco pourrait saisir le Tribunal arbitral de Stockholm. Dans ce cas, l'Ukraine aura très peu de chances de gagner le procès, a-t-il conclu.

    Lire aussi:

    Une société russe découvre le plus grand gisement de pétrole d’Arctique de l’Est
    L'extraction de pétrole russe bientôt interdite aux Américains?
    Gazprom étudie les perspectives de travaux sur le plateau continental libanais
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik