Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Crise mondiale: réduction des réserves russes de 40 mds USD (expert)

    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Les turbulences dans le système financier mondial ont coûté presque 40 milliards de dollars aux réserves de change russes, a annoncé mardi lors d'une conférence de presse à RIA Novosti l'économiste Evgueni Gavrilenkov, de la société d'investissement Troika Dialog.

    MOSCOU, 30 septembre - RIA Novosti. Les turbulences dans le système financier mondial ont coûté presque 40 milliards de dollars aux réserves de change russes, a annoncé mardi lors d'une conférence de presse à RIA Novosti l'économiste Evgueni Gavrilenkov, de la société d'investissement Troika Dialog.

    "Au cours des semaines précédentes, sur fond de faillite de Lehman Brothers et d'autres institutions, on a assisté à une vente énergique de différents actifs, l'argent a été massivement expatrié, notamment de l'économie russe. La Russie a perdu presque 40 milliards de dollars de réserves or-devises", a-t-il annoncé. Selon l'expert, cette perte s'explique à plus d'un titre par une réévaluation de la partie des réserves libellées en euros et livres sterling.

    "La dépréciation de ces devises face au dollar a conduit à une certaine correction des réserves", a-t-il expliqué.

    A son avis, les marchés intérieurs russes connaissent un certain répit ces derniers jours, même si les indices boursiers sont toujours à la baisse.

    "Les crédits interbancaires se développent, nous verrons maintenant comment évolueront les événements globaux", a noté l'expert.

    Selon la Banque centrale russe, les réserves de change s'élevaient au 19 septembre à 559,4 milliards de dollars.

    Lire aussi:

    Pourquoi Moscou se débarrasse-t-il de ses bons du Trésor américains pour acheter de l’or?
    Les réserves russes en devises et en or en hausse de 1,2 milliard USD en une semaine
    Après le «lundi noir», le système financier international irait-il vers un krach?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik