Ecoutez Radio Sputnik
    Новосибирский аффинажный завод

    Russie: réduction des réserves internationales de 2,7 mds USD du 18 au 25 décembre

    © RIA Novosti. Valeriy Titievsky
    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Les réserves internationales russes de change se sont réduites en une semaine de 2,7 milliards de dollars, soit de 0,6%, a annoncé jeudi le département des relations extérieures de la Banque centrale de Russie.

    Les réserves internationales russes de change se sont réduites en une semaine de 2,7 milliards de dollars, soit de 0,6%, a annoncé jeudi le département des relations extérieures de la Banque centrale de Russie.

    Au 25 décembre dernier, elles s'élevaient à 437,7 milliards de dollars contre 440,4 milliards au 18 décembre,

    Cette réduction tient surtout à l'affaiblissement de l'euro et de la livre sterling par rapport au dollar, monnaie dans laquelle sont libellées les réserves internationales de la Russie.

    La baisse des réserves "résulte d'une réévaluation monétaire et de la réduction des prix de l'or", estime Anton Nikitine, analyste financier de la société d'investissement russe Renaissance Capital.

    A la fin de 2008 et au début de 2009, la Russie a enregistré un reflux substantiel de capitaux et une diminution des recettes à l'exportation suite à la baisse des prix des principaux articles d'exportation russes. Les réserves internationales du pays ont chuté des 600 milliards de dollars au début d'août 2008 à 376 milliards à la mi-mars 2009. La hausse des prix du pétrole et le renforcement du rouble ont inversé cette tendance.

    Les réserves internationales de change sont des actifs financiers hautement liquides se trouvant à la disposition de la Banque centrale et du gouvernement russe.

    Lire aussi:

    Pour quelle raison la Russie rachète-t-elle de l’or en quantité record?
    Or allemand: pourquoi Berlin doit-il faire rapidement revenir ses réserves au pays
    Comment la Chine a remporté la bataille pour le yuan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik