Ecoutez Radio Sputnik
    Objectif suivant: l’intégration dans l’Union Eurasiatique

    Objectif suivant: l’intégration dans l’Union Eurasiatique

    Photo: RIA Novosti
    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a annoncé un nouveau projet d’intégration – aménager un espace économique commun à la Russie, le Bélarus et le Kazakhstan.

    Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a annoncé un nouveau projet d’intégration – aménager un espace économique commun à la Russie, le Bélarus et le Kazakhstan. Dans son article, publié dans le journal russe Izvestia, le chef du gouvernement aborde des questions d'avenir de ces trois pays, lorsqu'ils seront réunis dans un espace économique commun de l’Union douanière. «Nous proposons un modèle d’une union supranationale puissante, capable de devenir l’un des pôles du monde contemporain et faire à la fois une connexion efficace entre l’Europe et la dynamique région d’Asie-Pacifique. Cela signifie notamment que l’Union douanière (regroupant la Russie, le Bélarus et le Kazakhstan) et leur Espace économique commun (qui entrera en vigueur le 1er janvier 2012) permettront d’engager une coordination économique et monétaire plus étroite en vue de former une union économique à part entière pour ces trois pays».

    Le Premier ministre indique dans son article que l'époque, quand les citoyens de l'Espace économique commun pourront circuler librement et s’installer, étudier, ou travailler dans le pays ou la région de leur choix n'est pas loin. Les barrières migratoires, frontaliers et d'autres obstacles à la libre circulation des personnes et des biens seront donc levées. Les entrepreneurs bénéficieront également du droit de choisir le pays où ils pourront mener leurs affaires – que cela soit en Russie, en Biélorussie ou au Kazakhstan. Ainsi, un important marché commun plus de 165 millions de consommateurs sera mis en place. Il sera soumis à une législation unifiée et une libre circulation de capitaux.

    Les analystes occidentaux ont déjà entrevu dans l’article du chef du gouvernement russe un retour à l’Union Soviétique, mais l’auteur prévient qu’il ne s’agit pas de recréer ou copier l’URSS. Selon Sergueï Mikhéev, le vice-président du Centre des technologies géopolitiques, en perspective, une telle union offrirait une chance de retour à un marché commun pour les trois pays. Cela leur permettra de retablir des relations commerciales, qui fonctionnaient à l'époque de l'URSS.

    «La plus grave perte économique lors du démembrement de l’URSS, c'était la disparition d'un marché commun. Il s'est entièrement substitué aux producteurs étrangers. Nous soutenons la main d’œuvre et l'entreprennariat des pays étrangers, qui exportent chez nous leurs produits, alors que la production nationale est en baisse. L'objectif de cette union, c'est de nous donner une chance de retrouver notre marché, nos emplois, nos capacités de production, et notre base de recherche. Si nous ne faisons rien, notre pays jouera un rôle d'appendice dans l'économie».

    L’Union Eurasiatique permettra une intégration plus rapide, qui contribuera à un renforcement face à l'Europe. Le chef du gouvernement russe considère erronée l’opinion, selon laquelle l’entrée dans la nouvelle union freinera l’interaction des pays membres avec l’UE.

    Poutine est convaincu que la création de l’Union Eurasiatique et l'intégration effective, c'est le seul moyen pour ses membres de gagner des positions dans un contexte complexe du 21e siècle.

    Lire aussi:

    Union économique eurasiatique: pas une réincarnation de l'URSS, selon le Président kazakh
    La nouvelle Route de la soie, la multipolarité économique en marche
    L’Iran signe un accord d’envergure avec la Russie et ses voisins
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik