Ecoutez Radio Sputnik
    Pour Lagarde l'ombre de la Grande dépression plane sur le monde

    Pour Lagarde l'ombre de la Grande dépression plane sur le monde

    Photo: EPA
    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Est-ce que le monde est condamné à revivre la Grande dépression des années 1930? Est-ce qu'on est à nouveau menacé par le protectionnisme et l'isolement, les mêmes qui étaient à l'origine de la Seconde guerre mondiale? Venant de la patronne du FMI ces questions se présentent comme un avertissement.

    Selon Christine Lagarde, l'économie globale a des perspectives assez tristes devant elle. La récession s'est déjà invitée dans les maisons les plus respectueuses de l'Europe. Selon les données de l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), le taux de croissance de la France chutera de 0,2% en quatrième trimestre. Cette chute continuera en 2012.

    La patronne du FMI appelle les gouvernements à faire front uni face à un ennemi commun. Celui-ci ne peut être combattu qu'en conjuguant des efforts. Aucun Etat, aucune organisation régionale n'est en mesure d'y arriver à bout en agissant seul, avertit Christine Lagarde.

    Tentatives de dramatiser la situation?

    On décèle, en effet, les indices inquiétants. Mais Lagarde pouvait très bien dramatiser sciemment la situation. «Ce genre de déclarations pessimistes sont tout à fait probables», estime Boris Roubtsov de l'Académie financière de la Russie. «La raison est simple: il est plus facile de dire que tout ira mal que de dire que tout ira bien. Si les choses vont vraiment mal, on peut toujours dire qu'on avait raison. Il me semble pourtant que la directrice générale du FMI devrait au contraire rassurer la population et faire preuve de retenue dans les appréciations données. Je ne vois pas de raisons pour parler d'une «grande dépression» éventuelle. D'autant plus que cette déclaration est contraire aux prévisions faites par le FMI, cet institut de recherche de renom qui fait de profondes études économiques. Le FMI ne prévoit pas de grande dépression dans les années à venir. Les propos de Christine Lagarde s'expliquent peut-être par la volonté d'augmenter les ressources du FMI qui est alimenté par les contributions des Etats membres».

    Concernant le protectionnisme, Christine Lagarde n'a pas tout à fait raison. Avec la crise de 2007-2008 certains Etats ont essayé de se protéger en dressant des barrières commerciales. Selon le directeur général de l'OMC, Pascal Lamy les pertes engendrées par celles-ci se chiffrent par 800 milliards de dollars. A la dernière session de l'OMC à Genève l'Union européenne et les Etats-Unis ont même proposé de lever toutes les obstacles à la circulation des marchandises dans le monde. Le Brésil, la Chine et l'Inde ont pourtant dit non, poliment mais en dernier ressort.

    Lire aussi:

    La directrice du FMI participera au forum monétaire de Moscou en septembre
    L'UE admet que la Russie renoue avec la croissance
    Le FMI prévoit une reprise économique en Russie dès cette année
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik