Ecoutez Radio Sputnik
    Des risques injustifiés

    Des risques injustifiés

    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Les géants pétroliers et gaziers - BP, ExxonMobil et ConocoPhillips - ont l’intention d’investir dans la construction d’un gazoduc dans l’Alaska. L’objectif du projet est l’exportation du gaz liquéfié dans la région asiatique.

    Selon les estimations préalables, le coût du projet dépassera 40 milliards de dollars. Les experts sont sceptiques au sujet de ces plans. Les exigences des écologues et les conditions compliquées de production du gaz dans cette région peuvent rendre ce projet non rentable.  

    Pourtant, malgré une large demande, le gaz de l’Alaska ne pourra pas devenir un concurrent de celui de Russie ou du Qatar, croit l’analyste de la compagnie « Investcafé » Vitaly Mikhaltchouk:

    « L’exportation du gaz naturel liquéfié de l’Alaska est liée à de grosses difficultés pratiques, vu les conditions climatiques dures et un éloignement considérable par rapport aux consommateurs éventuels. Pour construire une grosse entreprise de liquéfaction du gaz, il faudra des investissements supplémentaires dans l’exploration et la production. Dans une petite entreprise, le prix de revient ne sera pas compétitif. Donc, je crois que  les projets de production et de liquéfaction du gaz dans l’Alaska ne sont pas réalistes en ce moment. Pour le gaz produit par la société russe Gazprom, il n’y aura pas de concurrence sérieuse. En plus, le client principal des compagnies américaines sur le marché gazier, c’est le Japon. Mais pour le moment, les compagnies américaines ont plus d’intérêt à exporter le gaz au Japon depuis l’Australie ».

    Les experts croient que, en toute probabilité, la décision de faire construire le gazoduc était prise sous la pression des régulateurs publics des Etats-Unis. Les autorités fédérales ont menacé  d’annuler la licence sur « Point Thompson » si les travaux n’y commençaient pas tôt ou tard. Alors, les compagnies ne peuvent pas se permettre de perdre les champs explorés dont les stocks sont évalués à 250 milliards de mètres cube.  Les autorités locales estiment que la construction du gazoduc et de l’usine de liquéfaction  du gaz naturel apportera dans le budget de l’Alaska jusqu’à 400 milliards de dollars. Mais les écologues peuvent faire des obstacles à ces projets mirobolants, a dit dans l’interview à la Voix de la Russie l’expert du secteur pétrolier et gazier du fonds de nature sauvage (WWF) Alexei Knijnikov :

    La production du gaz se fera dans le Nord de l’Alaska. Les risques économiques sont si élevés que les écologues du monde entier, et non seulement des Etats-Unis, se posent des questions. Ils pensent qu’il est prématuré de commencer les travaux dans les conditions climatiques aussi compliquées. Les objections des écologues peuvent rendre problématique le transport du gaz de l’Alaska.

    Aux Etats-Unis, le lobby écologique peut influer même sur les projets de grosse envergure et très prometteurs. En voilà l’exemple récent : les évènements autour de l’oléoduc Canada-Etats-Unis. Les écologues ont réussi à faire interdire la construction du volet de l’oléoduc via l’état l'intervention de l'état du Nebraska. 

    Lire aussi:

    Les USA fourniraient du gaz à Pékin?
    Gaz russe: quels avantages pour l’Europe?
    La Chine souhaite importer plus de gaz russe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik