Ecoutez Radio Sputnik
    Gazprom

    Deux groupes russes retenus pour le rachat du gazier grec Depa

    © Sputnik. Mikhail Fomitchev
    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Deux sociétés russes figurent parmi les 14 candidats admis au concours pour racheter le groupe gazier grec Depa en phase de privatisation, a indiqué jeudi à RIA Novosti une source au sein de l'agence grecque de privatisation.

    Deux sociétés russes figurent parmi les 14 candidats admis au concours pour racheter le groupe gazier grec Depa en phase de privatisation, a indiqué jeudi à RIA Novosti une source au sein de l'agence grecque de privatisation.

    Selon l'agence, les déclarations d'intérêt déposées par la filiale du géant gazier Gazprom, Gazprom Finance BV, et l'OJSC Negusneft ont été jugées conformes aux critères du concours. D'après les médias grecs, le fonds russe d'investissement Energie avait également manifesté son intérêt pour le rachat de Depa, mais sa déclaration a été rejetée lors de la qualification.

    Auparavant, une source au sein de l'agence grecque de privatisation a fait savoir à RIA Novosti que le gagnant de l'appel d'offres sera déterminé avant la fin du mois de mai.

    Fin février, la Grèce a annoncé le lancement d'un appel d'offres international pour la privatisation du groupe gazier national Depa, dans le cadre du plan de cession des actifs publics prévu par le programme UE-FMI de redressement de l'économie grecque.

    L'appel porte sur 100% des actions de Depa, détenu actuellement à 65% par l'Etat grec et à 35% par la compagnie pétrolière grecque Hellenic Petroleum. En outre, la Grèce envisage de vendre 66% de Desfa, la filiale de distribution de Depa.

    Aux termes de l'appel d'offres, Depa et Desfa peuvent être vendues ensemble ou séparément.

    Le groupe Depa représente la partie grecque dans des projets tels que le gazoduc russo-italien "South Stream", le gazoduc Grèce-Bulgarie (IGB) et le gazoduc Grèce-Italie (IGI).

    Lire aussi:

    La Grèce confirme son intérêt pour le gazoduc de la Russie
    Les hackers grecs et turcs se lancent dans une guerre informatique
    La Grèce saura se passer du FMI, selon Tsipras
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik