Economie

Nord Stream: la rentabilité du projet en question (journal)

Economie
URL courte
Gazoduc Nord Stream (130)
0 02
S'abonner

Le gazoduc Nord Stream, dont la deuxième conduite a été mise en service le 8 octobre, s'expose à des risques économiques importants, la politique tarifaire appliquée menaçant la rentabilité du projet, écrit lundi le journal russe Nezavissimaïa Gazeta citant des experts européens.

Le gazoduc Nord Stream, dont la deuxième conduite a été mise en service le 8 octobre, s'expose à des risques économiques importants, la politique tarifaire appliquée menaçant la rentabilité du projet, écrit lundi le journal russe Nezavissimaïa Gazeta citant des experts européens.

D'après les analystes, l'indexation des prix de gaz naturel sur ceux de pétrole rend les livraisons russes trop onéreuses, ce qui pose problème aux consommateurs et au monopole gazier russe Gazprom. Une telle politique tarifaire est à l'origine de la faible exploitation de la première conduite de Nord Stream, affirment les experts.

"Au cours de ses onze premiers mois de fonctionnement, le chargement du gazoduc a oscillé entre 30 et 40% de sa capacité maximale", indique Jens Müller, porte-parole de la société Nord Stream AG.

"Avec la mise en exploitation de la deuxième conduite de Nord Stream, le risque de sous-exploitation sera encore plus élevé si le fournisseur n'accepte pas de proposer sa production à des prix plus attractifs", souligne l'expert du centre analytique Deutsche Bank Josef Auer.

Toujours d'après lui, à l'horizon 2015, l'Europe devrait commencer à importer du gaz de schiste en provenance des Etats-Unis, ce qui pourrait réduire davantage la compétitivité de Nord Stream.

 

Dossier:
Gazoduc Nord Stream (130)

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
«Nicole Belloubet a menti»: Montpellier porte plainte contre la garde des Sceaux
La consommation de cette huile pourrait modifier génétiquement votre cerveau
Coronavirus: l'épidémie «s'accélère», la situation est «grave», selon Xi Jinping
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik