Ecoutez Radio Sputnik
    Lutte contre le blanchiment d'argent : la Russie en tête du classement

    Lutte contre le blanchiment d'argent : la Russie en tête du classement

    © Photo : RIA Novosti
    Economie
    URL courte
    0 107 0 0

    La Russie est classée première dans la lutte contre les opérations financières illégales. Les succès engrangés par le pays ont été appréciés par le service international compétent. C’est pourquoi le monitoring sur la Russie a diminué, notamment par rapport à celui effecuté aux Etats-Unis ou au Japon.

    Au début des années 2000, la Russie fait partie de la liste noire des pays ayant des difficultés à lutter contre le blanchiment de capitaux illégaux. Seulement trois ans plus tard, le pays adhère au Groupe d'action financière sur le blanchiment de capitaux. Les 10 années qui suivent sont été extrêmement fructueuses. Aujourd’hui, la Russie est un des leaders sur les questions de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. La décision du Groupe d'action financière sur le blanchiment de capitaux d’adoucir le monitoring de la Russie en est une preuve évidente. Maintenant, le pays devra présenter le bilan de la lutte contre la légalisation de capitaux et le financement du terrorisme tous les deux ans et non une fois par an, comme auparavant.

    L’adoucissement du monitoring est un facteur très fort. Dans ce contexte, beaucoup de pays ne sont pas égaux à la Russie. En l’occurrence, le Japon est soumis à une surveillance plus stricte. Cela signifie que des commissions spéciales contrôlent sa lutte contre le blanchiment de capitaux. Quant aux Etats-Unis, ceux-ci n’ont pas mérité les mêmes mesures que la Russie. Par ailleurs, les directions que prennent les deux pays divergent, fait remarquer le membre du Comité pour le budget et les impôts de la Douma Evgeni Fedorov.

    Le principal problème des Etats-Unis est suivant : ils mettent en œuvre une politique d’adoucissement quantitatif. Dans cette dynamique, les Etats-Unis émettent énormément de billets de banque. En même temps, ils réduisent les normes du contrôle bancaire et financier afin de pouvoir exploiter cet argent. C’est pourquoi arrêter d’imprimer de l’argent ne suffit pas. Il faut accorder aux banques le droit de le placer, de le déployer, etc. Pour cela, il est indispensable de réduire les normes de contrôle.

    Un choix se pose donc : il  s'agit soit de procéder à un adoucissement quantitatif, soit à un durcissement du contrôle. Ainsi, la Russie a préféré la deuxième option, et les Etats-Unis la première. Le monitoring bi-annuel favorise l’image de la Russie dans l’arène mondiale. Qui plus est, les banques pourront également en tirer profit, car l’adoucissement du régime de contrôle prouve que leur activité est efficace, tout comme celle des organes administratifs. Désormais, les contractants étrangers des banques russes leur feront sans doute davantage confiance.    N

    Lire aussi:

    La Maison-Blanche veut conserver son droit de lever les sanctions antirusses
    Banque mondiale: la Russie annonce les conditions de sa participation à la capitalisation
    Au Royaume-Uni, les banques à deux doigts de fuir la City
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik