Ecoutez Radio Sputnik
Economie

Un gazoduc pourrait relier le Japon à la Russie (médias)

Economie
URL courte
01600

Un groupe de parlementaires japonais propose de construire un gazoduc reliant l'île russe de Sakhaline au Japon pour 6 milliards de dollars, a annoncé l'agence Bloomberg se référant au député nippon Naokazu Takemoto.

Un groupe de parlementaires japonais propose de construire un gazoduc reliant l'île russe de Sakhaline au Japon pour 6 milliards de dollars, a annoncé mercredi l'agence Bloomberg se référant au député nippon Naokazu Takemoto.

Le groupe d'initiative Pour la construction d'un gazoduc entre le Japon et la Russie envisage de soumettre le projet au premier ministre nippon Shinzo Abe en juin, en vue de proposer sa réalisation au président russe Vladimir Poutine pendant sa visite au Japon à l'automne prochain.

Long de 1.350 km, le gazoduc sous-marin dont la construction pourrait prendre cinq ans relierait la partie sud de Sakhaline à la ville de Hitachi, à 150 km de Tokyo, via les îles de Hokkaido et de Honshu. Il pourrait acheminer environ 20 milliards de m³ de gaz naturel an au Japon, ce qui correspond à 1.500 tonnes de gaz liquéfié et représente 20% des besoins annuels du Japon.

"Le prix du gaz naturel sera deux fois moins cher que le prix du gaz liquéfié", estime le député Takemoto.

 

Selon lui, le projet de gazoduc russo-nippon existe depuis dix ans, mais les sociétés énergétiques japonaises n'affichent un intérêt pour cette idée que depuis l'accident nucléaire de Fukushima et l'arrêt des réacteurs nucléaires du Japon en 2011, qui a provoqué une hausse des importations de gaz liquéfié.

La récente annonce de la signature d'un contrat gazier russo-chinois de 400 milliards de dollars a eu un grand retentissement au Japon. Le groupe public russe Gazprom fournira 38 milliards de m³ de gaz par an à la Chine pendant 30 ans.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik