Ecoutez Radio Sputnik
    South Stream : l’UE veut dupliquer les sanctions US contre Moscou

    South Stream : l’UE veut dupliquer les sanctions US contre Moscou

    © Photo : «South Stream»
    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Le chef de la Commission européenne José Manuel Barroso a prévenu le Premier ministre de Bulgarie Plamen Oresharski de « la nécessité du respect des règles du marché intérieur lors du fonctionnement du gazoduc South Stream ». Dans le cas contraire, a prévenu le leader de l’exécutif européen, « la sécurité énergétique de la Bulgarie et de l'Union Européenne sera menacée ».

    Comme on le sait, mardi, le consortium mixte russo-bulgare Stroitransgaz, a gagné l'appel d'offres sur le volet bulgare du South Stream.

    Cependant, la Commission européenne a vu dans cette victoire une contradiction avec ce qu’on appelle « le troisième paquet énergétique ». Initialement conçu à l’encontre de Gazprom, il interdit aux compagnies productrices de gaz d’être en même temps propriétaires des gazoducs.

    Le chef du Centre des études économiques de l'Institut de la mondialisation et des mouvements sociaux Vasily Koltachov explique :

    « Une des tâches principales des fonctionnaires européens consiste à empêcher la construction du South Sream et en cela, de priver la Russie de la possibilité d’éviter ces problèmes et de s’en tenir à une position plus ferme, sans se soucier de ses pertes éventuelles dans le cas où les livraisons du gaz ne passent pas par le territoire ukrainien, d'autant plus que cela peut s’avérer impossible à cause du développement de la guerre civile en Ukraine. C'est pourquoi les pouvoirs bulgares et, en général, balkaniques, devraient agir de concert et ne pas céder à la pression de la bureaucratie européenne. »

    L'expert trouve que sur cette question, les obstacles du côté de l’UE ressemblent maintenant à la réalisation des sanctions recommandées par Washington, au désir de briser la résistance de la Russie en Ukraine, obligeant Moscou à céder aux nouveaux pouvoirs de Kiev.

    Mais, selon lui, ce plan échouera avant tout parce qu'il y a Nord Stream, construit au moment où on comptait sur la croissance économique en Europe, et non sur la catastrophe en Ukraine.

    D’après l'avis de l'économiste bulgare, le professeur Chavdar Nikolov, les événements en Ukraine séparent la Russie de l'Europe, même si dans la réaction de la Commission européenne à la construction du gazoduc South Stream, ce n’est probablement pas le principal.

    « Face à toutes les prétentions de l'Europe contre la politique et la démocratie russes, dans la situation donnée, on pourrait qualifier la réaction de l'Union Européenne +grenouillage+ sans raisons sérieuses », trouve Chavdar Nikolov.

    Le temps a démontré la nécessité du South Stream. Et il y a peu de chances que la Bulgarie, en tant que membre de l’Union Européenne, commence soudain à établir ses propres règles et à mener son propre jeu, ce qui n’est pas dans ses intérêts, estime l'expert bulgare. N

    Lire aussi:

    Quel effet aura le Turkish Stream sur les relations entre la Bulgarie et la Turquie?
    Un Bulgarian Stream bientôt sous la mer Noire?
    Turkish Stream: la Bulgarie bientôt dans le jeu?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik