Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Géorgie/Moldavie: l'association avec l'UE - un rapprochement à haut risque (expert russe)

    Economie
    URL courte
    0 10

    La signature d'accords d'association avec l'Union européenne entraînerait une dégradation substantielle de la situation économique en Géorgie et en Moldavie, ce qui provoquerait des problèmes politiques dans ces pays, a déclaré mardi à RIA Novosti le conseiller du président russe Sergueï Glaziev.

    La signature d'accords d'association avec l'Union européenne entraînerait une dégradation substantielle de la situation économique en Géorgie et en Moldavie, ce qui provoquerait des problèmes politiques dans ces pays, a déclaré mardi à RIA Novosti le conseiller du président russe Sergueï Glaziev.

    L'Union européenne envisage de signer le 27 juin des accords d'association et de libre-échange avec la Géorgie et la Moldavie. Ces documents ont été paraphés en novembre dernier. L'UE projette également de signer le même jour le volet économique de son accord d'association avec l'Ukraine, le volet politique étant déjà signé en mars dernier. 

    "Tous les trois accords seront appliqués à partir du moment où chaque pays signataire aura ratifié le sien", a indiqué un représentant de l'UE qui a requis l'anonymat.

    Selon M.Glaziev, la signature de l'accord d'association avec l'UE irait à l'encontre des intérêts de la Géorgie.

    "Malgré la dégradation substantielle des relations entre Moscou et Tbilissi à l'époque de Mikhaïl Saakachvili (ex-président géorgien), la Russie et les pays membres de la Communauté des Etats indépendants (CEI) demeurent le principal marché d'écoulement pour les produits géorgiens. Il serait donc déraisonnable pour Tbilissi de risquer son régime commercial préférentiel avec les pays de la CEI", a déclaré le conseiller présidentiel.

    Selon M.Glaziev, la Géorgie a peu de chances d'augmenter le volume d'exportation de ses marchandises sur le marché européen. En outre, estime-t-il, "en signant cet accord, Tbilissi légitimera la désintégration du pays, car ni l'Abkhazie, ni l'Ossétie du Nord n'accepteront de faire partie de l'Union européenne".

    Evoquant la Moldavie, M. Glaziev a rappelé que de nombreux habitants de ce pays ne soutenaient pas l'idée de l'association avec l'UE.

    "Il ne fait aucun doute que la signature de l'accord provoquerait un conflit politique profond en Moldavie. La moitié de la population rejette l'association avec l'Union européenne et se prononce pour l'intégration du pays au sein des structures eurasiatiques. Cela concerne en premier lieu la Transnistrie qui ne conçoit pas son avenir en association avec l'UE", a indiqué l'expert.

    C'est la raison pour laquelle, les perspectives de ratification de cet accord par le parlement moldave sont assez faibles, estime l'expert.

    Lire aussi:

    Relations Russie-Moldavie: Dodon promet d’empêcher une détérioration
    Cinq diplomates russes déclarés personae non gratae en Moldavie
    La Moldavie choisit l'Union économique eurasiatique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik