Ecoutez Radio Sputnik
    Réponse de la Russie : l'Europe peut perdre le marché russe

    Réponse de la Russie : l'Europe peut perdre le marché russe

    © Photo: RIA Novosti/ Dmitry Berkut
    Economie
    URL courte
    0 9 0 0

    La première semaine ouvrable de ce mois en Europe s'est achevée par une liste des anti-sanctions de Russie et la colère des centaines de milliers de fermiers qui devront subir l'effet de l'embargo alimentaire russe et qui refusent de comprendre pourquoi Bruxelles exécute à leurs frais les souhaits de Washington de « punir Moscou » pour sa « politique ukrainienne ».

    Le 7 août Moscou a interdit pour un an les importations de viande, de poisson, de légumes et fruits, de lait, de fromage et de charcuteries des pays de l'UE, des Etats-Unis, d'Australie, du Canada et de Norvège. Le 8 août il est devenu clair que les sanctions étaient plus dures qu'attendu.

    Les pertes seront évaluées à plusieurs milliards d'euros. D'après les calculs actualisés de la Commission européenne, les « anti-sanctions » de Moscou causeront un préjudice de 12 milliards d'euros aux exportations agro-alimentaires européennes. La Finlande, la Pologne, les pays baltes, la Bulgarie, la Grèce et la Roumanie ont déjà annoncé leur intention d'exiger le remboursement des dommages et intérêts. Cependant le commissaire européen au commerce Karel De Gucht a déjà averti que la Commission européenne ne disposait que de 400 millions d'euros à ces fins. Le chef de la Banque centrale européenne Mario Draghi a ajouté qu'il était difficile d'évaluer les conséquences pour l'économie de la zone euro, mais qu'il était certain que la croissance économique se ralentirait.

    Le ministre des Affaires étrangères et vice-premier ministre de Grèce Evangelos Venizelos a annoncé que la Grèce dont les fermiers dépendent à près de 50 % des exportations vers la Russie avait déjà entamé les négociations avec Moscou sur une réduction des sanctions en vue d'éviter la ruine de son secteur agraire.

    Cela sera difficile, mais l'UE trouvera des fonds pour endommager les pays baltes, la Bulgarie, la Grèce, la Pologne et la Finlande, bien qu'il s'agisse des milliards d'euros. A la rigueur elle empruntera au FMI, ce qui sera onéreux. Mais le problème plus grave encore que l'UE préfère ne pas évoquer est l'avenir des exportateurs européens. L'analyste de l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales IMEMO Vladimir Olentchenko dit à ce propos :

    « Ils perdront le marché dans l'avenir. Aujourd'hui ils sont prêts à vendre quelque chose à la Russie, mais nous ne le prenons pas. Demain tout sera différent. Ce marché sera occupé. Peu importe par qui : par les Biélorusses, les Brésiliens ou les Iraniens. Ce marché attire déjà de nombreux pays ».

    L'Europe parle depuis longtemps de la nécessité de diversifier les fournitures énergétiques, mais elle ne réfléchit pas à la nécissité de « diversifier la politique et l'économie ». Il est étonnant que les dirigeants pro-atlantiques de l'UE soient parvenus avec l'aide de Washington à imposer à l'Union européenne une politique catastrophique à l'égard de la Russie, poursuit Vladimir Olentchenko :

    « Les dirigeants actuels de l'Union européenne, la Commission européenne avec Barroso à sa tête sont un lobby euro-atlantique qui n'est pas très préoccupé par les intérêts de l'Europe. Sa tâche majeure consiste à garder les liens entre l'UE et les Etats-Unis. Il faut que l'Europe imite en tout les Etats-Unis ».

    Le secteur agro-alimentaire de l'UE suit avec inquiétude les informations en provenance de Moscou sur les négociations des détaillants russes afin de remplacer le « panier alimentaire européen » par les denrées des pays qui n'ont pas été impliqués dans les sanctions. Désormais les pays où la Russie achètera des fruits et légumes seront la Turquie, l' Argnetine, l'Arménie, l'Egypte, le Maroc, le Chili, la Chine, l'Ouzbékistan et l'Azerbaîdjan. Pour la viande et les charcuteries, ce seront le Brésil, l'Uruguay, le Paraguay, l'Argentine et la Biélorussie.

    Pour ce qui est des producteurs russes, le lobby agro-alimentaire de Russie considère les sanctions actuelles presque comme une panacée et espère que l'Europe restera hypnotisée par Washington et ne fera pas marche arrière en ce qui concerne ses propres sanctions contre Moscou. Le membre de la commission de la Douma pour l'agriculture Alexandre Bogomaz est convaincu que cette année réanimera littéralement les producteurs russes :

    « Je pense que dans l'espace d'un an l'Europe perdra complètement le maché de la Russie. Parce que cette année permettra à nos producteurs agricoles de se développer et d'acquérir la confiance dans l'avenir ».

    L'UE a déjà accusé Moscou d'avoir violé les règles de l'OMC et le porte-parole de l'UE a qualifié les sanctions du Kremlin de « motivées politiquement ». Les raisons du mécontentement de Bruxelles ne sont pas tout à fait claires : l'UE aurait pu prévoir que les sanctions contre la Russie seront suivies de sa réaction, estime l'expert en chef du portail analytique IT-Trade Ilia Sizov. Il prédit des représailles européennes contre la Russie dans le domaine agro-alimentaire :

    «Il va de soi qu'ils répondront. Rien à faire. Mais dans cette bagarre il ne reste qu'à espérer que les parties reviendront à la raison et commenceront à résoudre les problèmes dans le calme, autour de la table des négociations ».

    Le professeur d'Oxford Peter Oppenheimer pense que tôt ou tard Bruxelles se verra obligé de se mettre à la table des négociations avec Moscou :

    « Il faut une période de « refroidissement » pour calmer les nerfs. Pour que les gens commencent à réfléchir raisonnablement et non pas animés par l'irritation, la colère ou la soif de vengeance. Il faut que tous réfléchissent tranquillement et reviennent à des négociations raisonnables. Ces négociations n'auront pas lieu aujourd'hui ou demain. Mais elles commenceront dans six mois ou dans un an ».

    La Russie a été forcée de prendre ces mesures pour se défendre. Le premier ministre Dmitri Medvedev a laissé entendre que Moscou était prêt à la confrontation économique qui lui était imposée par les Etats-Unis et l'UE. Outre l'embargo alimentaire, la Russie envisage l'interdiction de survoler son territoire par les avions des compagnies aériennes européennes et américaines. « Nous sommes prêts à introduire des mesures protectionnistes dans la construction d'avion et d'automobile, dans les constructions navales et dans d'autres secteurs. Mais nous allons le faire d'une manière réfléchie », a déclaré Dmitri Medvedev. Si l'embargo concerne ces secteurs, les pertes de l'UE seront évaluées à des dizaines de milliards d'euros par an.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Grands titres