Economie

Nucléaire civil: la Russie livrera du combustible aux Pays-Bas

Economie
URL courte
0 02
S'abonner

La Russie livrera du combustible nucléaire au réacteur à haut flux (HFR) du Centre commun de recherche (CCR) de Petten (Pays-Bas) aux termes d'un contrat signé le 12 novembre dernier, a annoncé l'usine de concentration chimique de Novossibirsk.

La Russie livrera du combustible nucléaire au réacteur à haut flux (HFR) du Centre commun de recherche (CCR) de Petten (Pays-Bas) aux termes d'un contrat signé le 12 novembre dernier, a annoncé lundi l'usine de concentration chimique de Novossibirsk.

"La signature du contrat marque l'entrée du groupe nucléaire public russe Rosatom sur le marché du combustible nucléaire étranger qui était jusqu'ici fermé pour la Russie. Le contrat permet à la société russe TVEL de participer aux appels d'offres internationaux pour la livraison de combustible faiblement enrichi aux réacteurs de recherche de conception occidentale", a indiqué l'usine dans un communiqué.

L'usine de Novossibirsk est l'un des plus grands producteurs mondiaux de combustible pour les centrales nucléaires et les réacteurs de recherche russes et étrangers. L'usine fait partie de la société TVEL, producteur de cartouches pour centrales nucléaires et membre de Rosatom.

Le réacteur HFR Petten, d'une puissance de 45 MW, est le premier producteur de radio-isotopes à des fins médicales en Europe. Exploité depuis 2005 par la société néerlandaise Nuclear Research and Consultancy Group Petten (NRG Petten), le réacteur est subordonné à la Commission européenne afin de garantir un accès à la recherche internationale.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook