Ecoutez Radio Sputnik
    Le logo de la banque HSBC

    SwissLeaks: évasion fiscale à grande échelle chez HSBC

    © REUTERS / Arnd Wiegmann
    Economie
    URL courte
    0 161
    S'abonner

    180,6 milliards d’euros auraient transité à Genève par les comptes HSBC de plus de 100.000 clients.

    180,6 milliards d’euros auraient transité à Genève par les comptes HSBC de plus de 100.000 clients et de sociétés offshore entre novembre 2006 et mars 2007, annonce lundi le journal Le Monde, qui évoque une "gigantesque fraude à l'échelle internationale".

    "Selon les enquêteurs, 180,6 milliards d’euros auraient transité, à Genève, par les comptes HSBC de plus de 100.000 clients et de 20.000 sociétés offshore, très précisément entre le 9 novembre 2006 et le 31 mars 2007", a indiqué le journal, qui a obtenu la totalité des données volées par Hervé Falciani, un ancien employé de HSBC Private Bank.

    Fruit d’investigations menées entre Paris, Washington, Bruxelles ou Genève, l’enquête "dévoile les dessous d’un vaste système d’évasion fiscale accepté, et même encouragé, par l’établissement britannique HSBC, deuxième groupe bancaire mondial, par l’intermédiaire de sa filiale suisse HSBC Private Bank".

    D'après les informations publiées par Le Monde et par le Guardian en Grande-Bretagne, HSBC Private Bank aidait ses clients à échapper à certains impôts, comme la taxe européenne ESD, instituée en 2005, en dissimulant "leur argent derrière le paravent de structures offshore généralement basées au Panama ou dans les îles Vierges britanniques".

    Le Monde affirme que les résultats de l’enquête pourraient embarrasser de nombreuses personnalités, sportifs, hommes politiques, industriels, "mais surtout d’ébranler les milieux bancaires internationaux".

    Les dossiers contiennent en outre des informations sur 740 clients russes possédant 1.560 comptes dans la banque, pour un montant de 1,7 milliard de dollars.

    Tags:
    fraude fiscale, banques, HSBC, Hervé Falciani
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik