Economie
URL courte
La crise financière en Grèce (237)
0 836
S'abonner

La zone euro a lancé un ultimatum à la Grèce pour que cette dernière accepte d'ici le 20 février l'extension de son plan de redressement économique.

Selon le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, la balle est désormais dans le camp des autorités grecques. "On peut utiliser cette semaine, mais c'est à peu près tout", a déclaré M.Dijsselbloem lors d'une conférence de presse.

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a pour sa part fait savoir que les discussions avec Athènes se poursuivraient, tout en soulignant l'"absence d'alternative" à la prolongation du programme.

De son côté, le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis s'est déclaré confiant quant à la possibilité de trouver un accord avec la zone euro. D'après lui, la Grèce était disposée à signer un accord préparé par la Commission européenne, qui reconnaissait la gravité de "la crise humanitaire" dans le pays et proposait une extension de quatre mois de l'accord de prêt avec ses créanciers.

Pourtant, ce document a été "remplacé" avant la réunion de l'Eurogroupe par un texte "absurde et inacceptable" proposant une "extension du programme en cours", affirme M.Varoufakis.

Bien que l'UE ait accordé à Athènes une aide anticrise en échange d'un programme d'austérité, la dette publique de la Grèce n'a fait que grandir ces dernières années pour se chiffrer à 180% du PIB, soit plus de 320 milliards d'euros.

Dossier:
La crise financière en Grèce (237)

Lire aussi:

Syriza dévoile les vices de la construction européenne
La Grèce perd son statut de pays développé
UE: échec des négociations sur la dette grecque
La Russie pourrait aider la Grèce endettée
Tags:
Union européenne (UE), Jeroen Dijsselbloem, Pierre Moscovici, Yanis Varoufakis, Grèce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook