Economie
URL courte
0 2322
S'abonner

L’AIIB, promue par la Chine, pourrait concurrencer dans la région la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement, soutenues par Washington et Tokyo.

Le Japon refuse de participer à la création de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), promue à l’initiative de la Chine, a déclaré le ministre nippon des Finances Taro Aso. 

"Il est difficile de prendre part à cette organisation tant qu’elle n’aura pas éclairci sa politique dans une série de domaines importants de notre point de vue, notamment les règles de délivrance des crédits", a annoncé le ministre.

Le premier mémorandum de création de l’AIIB a été signé en octobre 2014 à Pékin. La liste des 27 pays cofondateurs sera dévoilée le 31 mars. Le capital statutaire de l’institution atteindra 100 milliards de dollars, son siège sera situé dans la capitale chinoise.

Des observateurs américains et chinois ont auparavant fait part de leur préoccupation concernant les plans de Pékin dans le cadre de ce projet. Selon eux, l’AIIB pourrait constituer un sérieux concurrent dans la région pour la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement, soutenues par Washington et Tokyo. 

Lire aussi:

Coronavirus: deux nouveaux cas recensés en France
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Ce célèbre Français a perdu près de 5 milliards de dollars en 24h à cause du coronavirus
Libye: «Sous Kadhafi, les Libyens vivaient mieux que la plupart des Occidentaux»
Tags:
Chine, Japon, AIIB
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook