Economie
URL courte
0 663
S'abonner

Les projets russes de Total ont été soutenus par le ministère français des Finances, qui a donné son feu vert.

La plus grande compagnie énergétique française, Total, participera à la mise en œuvre de trois projets russes: Yamal LNG, le gisement de Khariaguinsk et le gisement de Thermokarst, lit-on dans le compte rendu trimestriel de la compagnie.

Ces projets ont été soutenus par le ministère français des Finances, qui a donné son feu vert.

Gisement de Tambei du Sud
© Sputnik . Mikhail Voskresensky
Les experts considèrent que ceci la traduit la volonté du gouvernement français de maintenir les positions de ses compagnies dans les projets énergétiques russes. En outre, le feu vert du gouvernement français atteste que les entreprises européennes font pression sur les politiques afin de pouvoir travailler en Russie. De la sorte, d’autres compagnies occidentales devraient prochainement suivre le chemin de Total en contournant les sanctions. « La situation économique dans ces pays et le pragmatisme contribuent à une telle tendance », indiquent des spécialistes interrogés par Rossiïskaïa Gazeta.

Jusqu’à présent, les plans de Total étaient impactés par les sanctions américaines. Notamment, le plan de financement du projet Yamal SPG avait été révisé et les actionnaires n’avaient pas le droit de le financer en dollars. Le PDG de Total Patrick Pouyanné a récemment indiqué dans une interview au Wall Street journal que le projet serait financé en euro et en yuan.

L’Union européenne a interdit le 31 juillet 2014 les livraisons à la Russie d'équipements destinés à l'extraction du pétrole difficile d'accès, notamment sur le plateau continental arctique de la Russie.

Lire aussi:

Total et Gazprom conçoivent de nouveaux projets en Bolivie
En Europe, on tente de mettre Gazprom à l'écart
Un véhicule fonce dans la foule en Allemagne: 30 blessés, une enquête pour «tentative de meurtre» ouverte
Coronavirus: Paris n’est pas assez préparé, selon Agnès Buzyn
Tags:
Total, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook