Ecoutez Radio Sputnik
    Relations between Russia and the EU have deteriorated with the escalation of the Ukrainian crisis, as western governments imposed economic sanctions on Russia, accusing Moscow of aiding independence supporters in eastern regions of the country.

    Prorogation de l'embargo russe: la décision adoptée "dans les plus brefs délais"

    © Sputnik . Vladimir Sergeev
    Economie
    URL courte
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)
    4452
    S'abonner

    La question de la prorogation de l'embargo alimentaire russe contre certains pays occidentaux sera résolue "dans les plus brefs délais", a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, ajoutant que la réciprocité était de mise dans un contexte de sanctions.

    "Elles (les propositions du gouvernement, ndlr) sont actuellement étudiées par l'administration du président. Nous nous attendons à ce que l'examen se termine rapidement et soit formalisé", a déclaré M. Peskov aux journalistes.

    Lundi, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont pris la décision de prolonger les sanctions économiques contre la Russie jusqu'au 31 janvier 2016.

    Natalia Timakova, porte-parole du premier ministre russe Dmitri Medvedev, a annoncé lundi soir que le gouvernement avait préparé et soumis à l'administration du président un document concernant le prolongement de l'embargo sur les produits alimentaires.

    Chocolat et fleurs en ligne de mire? 

    Le ministère russe de l'Industrie et du Commerce a proposé d'étendre l’embargo russe aux confiseries, notamment aux bonbons et au chocolat. Ces produits sont importés en Russie depuis de nombreux pays occidentaux, dont certains ont soutenu le prolongement des sanctions. Actuellement, le chocolat de luxe est importé de Belgique, de France et d'Allemagne.

    "Des producteurs russes voudraient occuper ce segment du marché. Car nous avons toutes les capacités pour produire du chocolat de luxe", souligne Alexeï Alexeïenko, directeur de Rosselkhoznadzor (Service fédéral russe de contrôle vétérinaire et phytosanitaire), évoquant l’éventuelle extension de l’embargo. 

    En 2014, la France et la Belgique ont livré en Russie des confiseries pour 38 millions de dollars et 47 millions de dollars respectivement. 

    La Russie pourrait aussi également renoncer aux importations de fleurs hollandaises. L'année passée, les livraisons de fleurs vers la Russie ont rapporté 226 millions de dollars aux Pays-Bas.

     

     Les Etats-Unis et l'Europe ont adopté plusieurs trains de sanctions contre des secteurs entiers de l'économie russe en 2014 et au début de 2015 sur fond de crise en Ukraine. La Russie a riposté, en frappant d'embargo en août plusieurs denrées alimentaires, notamment les produits laitiers, la viande, et les fruits et légumes en provenance de l'UE, du Canada, d'Australie et de Norvège. Elle a déclaré plusieurs fois qu'elle souhaitait un règlement rapide du conflit dans le Donbass et qu'elle considérait les sanctions occidentales comme illégitimes et infondées.

    Dossier:
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)

    Lire aussi:

    Sanctions antirusses: des pertes bien plus coûteuses que prévu pour l'UE
    Le deuxième effet sanctions
    Prolongation des sanctions antirusses: le rouble stable
    SPIEF 2015 : malgré les sanctions, le business européen prospère en Russie
    Tags:
    fleurs, confiseries, chocolat, embargo, sanctions, Rosselkhoznadzor, Union européenne (UE), Natalia Timakova, Alexeï Alexeïenko, Dmitri Peskov, Pays-Bas, Belgique, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik