Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La Russie veut participer aux privatisations en Grèce

    Economie
    URL courte
    9522
    S'abonner

    La Russie souhaite participer à la privatisation des chemins de fer grecs et du port de Thessalonique, a annoncé le diplomate Vladimir Tchijov dans une interview à Sputnik.

    La Russie est prête à développer sa coopération économique avec la Grèce, y compris à prendre part à la privatisation d'ouvrages d'infrastructures dans le pays, a déclaré l'ambassadeur russe auprès de l'Union européenne, Vladimir Tchijov, dans une interview à l'agence Sputnik.

    "La Russie est prête à coopérer avec la Grèce. Autant que je sache, la Grèce n'a pas demandé d'aide financière à la Russie, mais nous pouvons intensifier notre coopération économique. La Grèce nous offre notamment la possibilité de prendre part à la privatisation d'ouvrages d'infrastructures. Il s'agit, par exemple, des chemins de fer et du port de Thessalonique", a indiqué le diplomate.

    Mardi, la Grèce n'a pas effectué un nouveau versement dans le cadre du remboursement de sa dette auprès du Fonds monétaire international (FMI). Cette suspension des paiements est survenue sur fond d'échec des négociations sur les réformes que le pays doit effectuer pour obtenir un financement de la part de l'UE. La Grèce n'a pas les moyens d'honorer ses obligations intérieures et extérieures, alors que l'UE réclame de nouvelles réformes drastiques en échange de crédits. Le premier ministre grec, Alexis Tsipras, a annoncé la tenue d'un référendum portant sur les réformes proposées par les créanciers. Le plébiscite est fixé au 5 juillet, et le chef du gouvernement grec a invité les électeurs à rejeter ces propositions.

    Lire aussi:

    Grèce: Varoufakis accuse les créanciers de refuser tout accord
    Grèce: compromis en vue avec les créanciers
    La Grèce face à l’ultimatum des créanciers
    Tags:
    privatisation, financement, dette, port de Thessalonique, Union européenne (UE), Fonds monétaire international (FMI), Alexis Tsipras, Vladimir Tchijov, Thessalonique, Grèce, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik