Ecoutez Radio Sputnik
    Barils de pétrole

    Le prix du pétrole sera bas tant que Moscou restera hors de l'OPEP

    © Flickr/ Carsten ten Brink
    Economie
    URL courte
    Chute des prix du pétrole (171)
    115071258

    Selon Rzeczpospolita, le pétrole restera bon marché, puisque la Russie, qui pourrait renverser la tendance actuelle en devenant membre de l'OPEP, ne le fera qu'à ses conditions.

    logo OPEC
    © AFP 2017 ALEXANDER KLEIN
    "Pourquoi la Russie n'adhère pas à l'OPEP?", s'interroge Iwona Trusewicz, du journal polonais Rzeczpospolita.

    Les dirigeants du groupe public pétrolier russe Rosneft, y compris son PDG Igor Setchine, ont déclaré en septembre dernier que deux facteurs empêchent Moscou de rejoindre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

    Premièrement, l'OPEP s'appuie sur des groupes pétroliers publics qui permettent d'appliquer aisément les décisions du cartel. Or le secteur pétrolier russe est privé. D'ailleurs, l'économiste de l'édition Lenta.ru Grigori Kogan cité par Rzeszpospolita, qualifie cet argument de bizarre. Il rappelle que le Kremlin a jusqu'ici réussi à influer sur les activités de tous les groupes pétroliers russes, tant publics (Rosneft) que privés (Lukoil, Tatneft, Surgutneftegaz, Bashneft).

    Le second argument "est plus sérieux", d'après Mme Trusewicz. L'OPEP et la Russie ont des méthodes de production de pétrole différentes. Au Proche-Orient, le pétrole est facile à extraire, alors que les gisements russes sont situés à une grande profondeur dans des régions au climat rigoureux. Cela oblige les Russes à utiliser d'autres technologies et augmente le coût de production. Les Russes ne peuvent pas geler la production si l'OPEP prend une telle décision, puisque leurs puits de pétrole sont très profonds et seront bloqués en cas de pause dans leur exploitation, précise Mme Trusewicz.

    L'OPEP, qui contrôle plus de 40% de la production mondiale de brut et souhaite devenir un monopoleur, a appelé à maintes reprises la Russie, la Norvège et le Mexique à adhérer au cartel. "Mais ces pays ne se pressent pas pour le faire, ils sont contre le rôle dominant que l'Arabie saoudite joue dans cette organisation. Hostile à l'adoption des quotas de production de pétrole pour chaque pays membre, l'Arabie saoudite produit autant qu'elle peut malgré la chute des prix. Depuis 2011, il n'existe qu'un quota commun que les exportateurs ne doivent pas dépasser: près de 31 millions de barils par jour", d'après Rzeczpospolita.

    Selon les récentes prévisions de Goldman Sachs, le pétrole restera bon marché ces 15 prochaines années. Or la Russie pourrait tout changer si elle devenait membre de l'OPEP, conclut Mme Trusewicz.


    Dossier:
    Chute des prix du pétrole (171)

    Lire aussi:

    OPEP: le pétrole bon marché, une stratégie gagnante?
    OPEP: Riyad fait allusion à une reprise des négociations avec la Russie
    OPEP: augmentation de 50% de la demande mondiale d'ici 2040
    Pétrole: Caracas prend ses distances avec l’OPEP
    Tags:
    pétrole, Bashneft, Surgutneftegaz, OPEP, Lukoil, Rosneft, Igor Setchine, Mexique, Norvège, Arabie Saoudite, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik