Ecoutez Radio Sputnik
    Guerman Gref

    "L'avenir des banques européennes ne leur promet rien de bon"

    © Sputnik . Grigoriy Sysoev
    Economie
    URL courte
    Crise financière mondiale (296)
    31631
    S'abonner

    La pression exercée par la Banque centrale européenne (BCE) sur le marché de l'Europe aura de très graves conséquences pour ses participants, met en garde Guerman Gref, président de Sberbank.

    Dans une interview au Financial Times, l'actuel président de Sberbank et ancien ministre russe de l'Economie Guerman Gref a soumis à une critique la "politique de régulation compliquée" de la Banque centrale européenne (BCE), prévenant qu'une période extrêmement difficile attendait le secteur bancaire de l'Europe. 

    "A vrai dire, je n'arrive pas à comprendre ce qu'ils font. Si vous faites pression sur le marché, cela aura de mauvaises conséquences pour vous. Le système bancaire traverse à présent la période sans doute la plus dramatique de son histoire. L'avenir des banques européennes ne leur promet rien de bon", a déclaré M.Gref.

    Telle a été la réaction du PDG aux démarches de la BCE à l'égard de la filiale autrichienne de Sberbank — Sberbank Europe AG — à laquelle le régulateur européen a appliqué, fin 2015, des mesures de supervision particulières qui sont, selon M.Gref, parfaitement disproportionnées, vu la dimension modeste de ladite organisation bancaire.

    Sberbank Europe travaille sur les marchés de plusieurs pays européens, y compris en Autriche, en Bosnie-Herzégovine, en Croatie, en Hongrie et en Allemagne.

    Dossier:
    Crise financière mondiale (296)

    Lire aussi:

    La Sberbank russe s'implante en Allemagne
    La russe Sberbank octroie 600 M EUR à une société croate
    Sberbank porte sa participation à 74% dans Cetelem Bank, filiale de BNP Paribas
    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Tags:
    banques, Guerman Gref, Autriche, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik