Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    Tourisme: la Syrie en quête d’investisseurs russes

    © Sputnik. Mikhaïl Voskressenski
    Economie
    URL courte
    41441261

    Malgré les effets néfastes de la guerre, le tourisme en Syrie relève la tête et attend des investisseurs étrangers, en particulier russes, assure le ministre syrien du Tourisme.

    Lors de la Foire internationale de Damas, qui est en cours dans la capitale syrienne, le ministre syrien du Tourisme Bishr Yazigi a parlé à Sputnik des perspectives de ce secteur et des préférences pour les investisseurs russes.

    C'est en 2012-2013 que le secteur touristique syrien a pâti le plus, selon le ministre. Mais les investissements ont commencé à rappliquer en 2016-2017, de la part des Syriens (y compris des émigrants) et des étrangers.

    La Syrie a préparé un paquet de propositions notamment pour les investisseurs russes. Il s'agit de projets sur le littoral et de programmes de pèlerinage, a précisé M.Yazigi.

    La Syrie reste l'un des pays les moins chers pour les touristes, qui propose des plages, des sites historiques et religieux. Depuis deux ans, les hôtels de Damas sont remplis à 90% (et à 100% pendant les jours de la Foire), a précisé le ministre.

    Une zone touristique spéciale a été instaurée en Syrie afin d'attirer les investisseurs russes. Elle prévoit des conditions avantageuses réglées par des lois spéciales. La préférence sera accordée aux investisseurs russes par rapport aux autres, a-t-il souligné.

    La situation en Syrie s'améliore, assure-t-il, car «les Syriens et leurs amis travaillent à redresser le pays». Il a cité l'Iran, la Russie et la Chine parmi les pays amis qui ont soutenu la Syrie pendant la guerre.

    Lire aussi:

    Investissements: la Chine se prépare à la fin de la guerre en Syrie
    Pilonnage à la Foire de Damas: quatre morts, plusieurs blessés
    Financial Times: Trump ramène les investisseurs étrangers en Russie
    Tags:
    tourisme, investissements, Bishr Yazigi, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik