Ecoutez Radio Sputnik
    Nord Stream 2

    Nord Stream 2: le premier feu vert donné en Allemagne

    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    Economie
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (198)
    5421
    S'abonner

    Les autorités minières de Stralsund ont accordé leur permis de construire pour un tronçon du Nord Stream 2, le gazoduc censé satisfaire environ un tiers de la demande européenne en gaz.

    Tout commence par de petites choses: le service des exploitations minières de de la ville allemande de Stralsund (nord) a autorisé la construction d'un tronçon du gazoduc Nord Stream 2 d'une longueur de 35 kilomètres, signale la Norddeutscher Rundfunk (Radio de l'Allemagne du Nord).

    Ces informations ont été confirmées par un porte-parole du ministère de l'Énergie du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Désormais, des autorisations similaires doivent être accordées par les autorités de quatre autres Lander ainsi que par l'Office fédéral de la navigation et de l'hydrographie.

    Le projet de gazoduc Nord Stream 2 prévoit la construction de deux conduites longues de 1.200 km reliant le littoral russe à l'Allemagne, par la mer Baltique.

    Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes par an. Le chantier doit être terminé avant la fin de l'année 2019 et le coût du projet est évalué à 9,9 milliards d'euros.

    Le tracé du Nord Stream 2 suit celui du gazoduc Nord Stream, opérationnel depuis 2011. Ce nouveau pipeline, qui tiendra compte de toutes les exigences écologiques, pourra satisfaire environ un tiers de la demande européenne en gaz, d'après le site officiel de Nord Stream 2.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (198)

    Lire aussi:

    Des affrontements entre pompiers et CRS filmés le 5 décembre à Lille - vidéo
    Un couple achète un vieux château en France et se met à gagner des millions – photos
    Ils font une découverte macabre à l’intérieur d’un crocodile de 4 mètres
    Tags:
    autorisation, énergie, gaz, gazoduc, Nord Stream 2, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik