Economie
URL courte
253
S'abonner

Après une brève période de reprise lors du week-end, le bitcoin poursuit sa chute, déjà de plus de 13% en l'espace de 24 heures, les baisses étant possiblement encouragées par des nouvelles concernant une probable interdiction par la Chine de l'accès aux sites de vente de cryptomonnaies.

La monnaie virtuelle bitcoin a entamé la semaine en chutant de plus de 13%, poursuivant ainsi son plongeon de ces derniers jours pour atteindre son minimum depuis novembre à 6.826 dollars dans la soirée de lundi, alors que vers 15H37 GMT le bitcoin se maintenait au niveau de 7.300 dollars, selon le portail Coindesk.

Une dynamique négative est également observée chez d'autres monnaies virtuelles. Concrètement, le Ripple, connu sous le nom de XRP, a perdu 14,65% à 0,7 dollar, l'Ethereum a reculé de 16,81%, à 733 dollars et le Bitcoin Cash a baissé de 16,26% à 974 dollars, selon les données de CoinMarketCap.

La capitalisation du marché des cryptomonnaies totalise pour le moment quelque 347 milliards de dollars, où la part du bitcoin est estimée à environ 36%.

Les chutes des marchés des cryptomonnaies se sont accélérées à la suite d'informations sur un probable blocage par les banques chinoises des sites de vente des cryptomonnaies, y compris des plateformes étrangères. Le journal Financial News, en contact avec la Banque populaire de Chine, n'a pas précisé qui concrètement entendait de se charger de cette mission, mais a souligné que les individus se servant des monnaies virtuelles étaient souvent capables de contourner les blocages.

Lire aussi:

Diminution du nombre de personnes en soins intensifs en France, une première depuis le début de l'épidémie
Rivotril: «euthanasie hors-cadre» ou «ne pas laisser souffrir quelqu’un pleinement conscient»?
Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Tags:
chute, baisse des marchés, commercialisation, cryptomonnaie, bitcoin, Ripple, Ethereum, Bitcoin, Banque populaire de Chine (BPC), Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook