Ecoutez Radio Sputnik
    Union européenne

    L’UE exige de raccourcir la vie de la centrale nucléaire de Dukovany en République tchèque

    © Sputnik . Alexey Vitvitsky
    Economie
    URL courte
    484

    Dans les dix ans qui viennent, le gouvernement tchèque sera soumis aux pressions de l’UE qui exige d’écourter le délai du fonctionnement des réacteurs de la centrale nucléaire de Dukovany des 50 ans prévus à 40 ans. Sputnik s’en est entretenu avec Konstantin Simonov, directeur de la Fondation nationale russe pour la sécurité énergétique.

    L'Union européenne ne cesse de changer d'attitude envers le nucléaire civil, a rappelé à Sputnik le directeur général de la Fondation nationale pour la sécurité énergétique Konstantin Simonov.

    «Il y a eu même des situations parfaitement absurdes. Un exemple classique est l'histoire de la centrale nucléaire d'Ignalina, dont la fermeture était devenue une condition sine qua non de l'adhésion de la Lituanie à l'UE. À l'époque, après Tchernobyl, le "scepticisme atomique" s'est instauré en Europe. Mais ensuite, le nucléaire civil a été réhabilité, et la Lituanie a appris à son grand étonnement qu'on aurait pu ne pas fermer sa centrale», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que la modernisation des vieilles centrales nucléaires était nécessaire, y compris en Europe.

    «Je ne comprends tout simplement pas pourquoi cette exigence n'est pas adressée à tous les pays d'Europe, mais seulement aux pays d'Europe de l'Est. Ne s'agit-il pas là cette fois encore du "deux poids, deux mesures"?», a poursuivi M.Simonov.

    Selon ce dernier, l'UE devrait enfin décider s'il a besoin ou non de l'énergie atomique pour en finir une fois pour toutes avec la lutte entre les optimises et les sceptiques nucléaires.

    Depuis sa mise en service, la centrale de Dukovany a produit quelque 418 TWh, une quantité qui suffirait à couvrir la consommation totale d'électricité en République tchèque pour près de sept ans.

    Lire aussi:

    Et qu'arriverait-il si un avion s'écrasait sur une centrale nucléaire?
    «Les avancées technologiques» rendraient possible un acte terroriste dans une centrale
    «Nous sommes à deux doigts d'une guerre nucléaire»
    Tags:
    centrale nucléaire, énergie nucléaire, nucléaire civil, Fondation nationale russe pour la sécurité énergétique, Sputnik, Union européenne (UE), Konstantin Simonov, Dukovany, République tchèque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik