Ecoutez Radio Sputnik
    Un méthanier avec du GNL

    Contrairement à ce qu’elle affirme, l’UE achète de plus en plus de gaz à la Russie

    CC BY-SA 2.0 / kees torn / LNG tanker Gaselys
    Economie
    URL courte
    7410

    La vague de froid glacial qui s’est abattue sur le Vieux continent a poussé les pays européens à se procurer des quantités record de gaz. Un accord a été conclu sur une livraison de GNL de la péninsule russe de Iamal au Royaume-Uni. Sputnik s’en est entretenu avec Justin Dargin, expert en questions énergétiques à l'Université d'Oxford.

    Malgré toutes les déclarations que fait Bruxelles ces dix dernières années sur sa recherche de moyens pour diversifier ses importations énergétiques, on constate que l'Europe achète de plus en plus de gaz à la Russie, a déclaré Justin Dargin à Sputnik.

    Il a indiqué que les États-Unis souhaitaient augmenter leurs exportations énergétiques à travers le monde, en évinçant notamment les fournisseurs traditionnels de l'Europe.

    «Les exportations énergétiques américaines vers l'Europe sont évidemment possibles, mais il serait inutile de s'attendre à ce qu'à moyen terme, les États-Unis puissent se substituer à la Russie en qualité de fournisseur essentiel de gaz, vu le prix, la souplesse et la fiabilité des importations de gaz naturel russe», a expliqué l'universitaire.

    Et de rappeler que les livraisons de gaz russe constituaient à présent environ un tiers de toute la consommation de ce combustible en Europe.

    Qui plus est, du fait d'une brusque flambée des prix sur la côte américaine provoquée par des intempéries, les États-Unis achètent eux-mêmes du gaz à la Russie. À cette occasion, l'interlocuteur de Sputnik a évoqué l'envoi, au début de l'année en cours, d'un méthanier avec du GNL russe à Boston et ce, malgré les sanctions antirusses.

    M.Dargin a relevé que les sanctions américaines ne se répercutaient forcément pas sur les importations de gaz russe.

    «Les sanctions américaines visent avant tout à dresser des obstacles pour l'industrie russe du gaz et du pétrole notamment en matière de transfert de technologies d'extraction de gaz non traditionnelle et de raffinage du pétrole», a précisé l'expert.

    Somme toute, les observateurs internationaux sont unanimes à reconnaître que les pays d'Europe dépendent de plus en plus de la Russie pour satisfaire leurs besoins énergétiques.

    Lire aussi:

    Du gaz liquéfié russe arrive enfin aux États-Unis
    La Chine souhaite importer plus de gaz russe
    Analyste slovaque: «L’Europe a toujours besoin du gaz russe»
    Tags:
    froid, prix, industrie, sanctions antirusses, importations, exportations, livraisons, gaz naturel liquéfié (GNL), Sputnik, Union européenne (UE), Justin Dargin, Iamal, Royaume-Uni, États-Unis, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik